Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

cinebaudelaire.overblog.com

Blog des élèves de cinéma du lycée Baudelaire de Cran-Gevrier


Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ?

Publié le 11 Mai 2014, 20:36pm

Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ?

Monsieur et Madame Verneuil ont 4 filles, et ils les aiment toutes plus les unes que les autres. Mais voilà, Monsieur et Madame Verneuil sont très catholiques, très « Gaullistes », et très à cheval sur les valeurs françaises et chrétiennes, et il se trouve que leurs trois premières filles se sont respectivement mariées avec un arabe musulman, un juif et un chinois. Autant dire qu’ils sont déjà très chamboulés et que les tensions familiales sont inévitables. Mais quand leur dernière fille leur annonce qu’elle va se marier à Charles, un français catholique, ils reprennent espoir. Seulement, ils s’attendaient à tout sauf au fait que leur futur gendre… soit noir de peau.

En abordant un sujet habituellement pas très facile, du fait des débats et des tensions que cela pourrait créer chez les spectateurs, le réalisateur Philippe de Chauveron (à qui l’on doit les films Ducobu ou encore des scénarios tels que Neuilly sa mère ou les Seigneurs), parvient d’une façon humoristique à parler du racisme, de la tolérance, des concessions etc….

Malgré une scène d’exposition drôle et bien pensée (on revoit 3 fois la même scène du mariage des 3 premières filles, avec, à chaque fois, un public d’une origine religieuse et ethnique différents et la tête blasée / déçue / horrifiée des parents des filles), la première partie est un peu longue. Après cette scène d’exposition, on enchaîne directement sur une scène de dispute familiale, après laquelle la famille ne se parle plus pendant plus d’un an, et qui se retrouve finalement pour fêter Noël.

Les blagues racistes sont à profusion dans cette première partie. Bien qu’elles soient drôles au début (surtout quand c’est un juif qui dit une blague raciste envers les juifs, un arabe envers les arabes ou un chinois envers les chinois), cela devient un peu répétitif, et, à la longue, un peu lourd. Les personnages ne font pas vraiment d’autres choses que de se lancer des clichés racistes. L’histoire, qui est mise en place directement lors des premières minutes du film, en devient longue et on attend les péripéties… qui arrivent tardivement, lorsque la dernière fille annonce qu’elle va se marier.

A partir de cette annonce, la deuxième partie du film (qui se base surtout sur la préparation du mariage et la rencontre entre les deux familles… qui ont plus de points communs qu’elles ne le pensent) devient vraiment plus drôle et plus intéressante, car on voit arriver un Pascal Nzonzi (que l’on retrouve dans Paulette ou plus récemment, Le crocodile du Bostwanga) hilarant dans le rôle du père de Charles. Son jeu d’acteur est l’un des plus réussis du film avec celui des 3 autres gendres (Ary Abittan pour le juif, et les moins connus Medi Sadoun et Frédéric Chau – respectivement arabe et chinois) qui savent être drôles rien que par leur présence à l’écran.

Dommage que la première partie ait un peu trop empiétée sur la seconde, qui se déroule plus rapidement et qui provoque une fin trop rapide.

Pour le reste du casting, on retrouve Christian Clavier et Chantal Lauby dans le rôle des parents et notamment Frédérique Bel chez les filles. Bien que n’appréciant pas particulièrement Christian Clavier, je trouve qu’il ne s’en sort pas trop mal en père raciste et excentrique. En ce qui concerne les autres acteurs, rien à dire, le jeu est bon, on cerne bien les caractères des personnages, et tous parviennent à nous arracher un sourire.

Au final, Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? est une comédie qui devient cliché à force de jouer sur les clichés racistes – ce qui est donc plutôt ironique – et qui est un peu longue (bien que toujours drôle !) par moments, mais qui arrive à ce que chacun des spectateurs en ait pour son compte : jeunes, vieux, racistes, cathos, « Gaullistes » (comme dirait M. Verneuil) etc. On n’ira pas jusqu’à dire que le film présente une leçon de vie, mais la morale est belle et bien présente : qu’on soit blancs, noirs, asiatiques, métissés, catholiques, athés, musulmans, juifs, etc… on est tous un peu racistes, même si on ne veut pas se l’avouer ou si on ne pense pas l’être... et ça fait rire.

Personnes trop terre à terre s’abstenir au risque de se sentir trop visées et vexées. Sinon, en le prenant au second degré, c’est un bon moyen pour rire et se divertir.

Aglaé Veillet

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents