Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

cinebaudelaire.overblog.com

Blog des élèves de cinéma du lycée Baudelaire de Cran-Gevrier


Mommy

Publié par Lou M sur 20 Novembre 2014, 21:17pm

Catégories : #Drame

Je me suis rendue en salle pour voir Mommy, le dernier film du jeune réalisateur de 26 ans Xavier Dolan.
Le film est tellement captivant et complet qu'il faudrait le voir au moins deux fois pour ne rien louper.
Malheureusement je ne l'ai vu qu'une fois et, malgré la durée de 2h20, on ne voit pas le temps passer : chaque seconde est nécessaire au film, chaque instant du film est d'une justesse exceptionnelle.
C'est l'histoire dure et touchante de Steve et sa mère. Steve est un adolescent malade. Il a connu longtemps les centres de redressement à cause de son hyperactivité et de ses crises de violence. Son cas est difficilement gérable. Il est renvoyé du centre et Diane, sa mère, en détient la charge complète. Diane est une femme tiraillée et blessée par la vie. Veuve depuis peu, elle détient la charge de son enfant après qu'il ait été renvoyé du centre. Elle est en dégringolade sociale et a du mal à trouver un boulot. Diane et Steve sont des personnages très démonstratifs, ils dégagent une énergie adressée tout droit au spectateur. Les personnages ont une prestance inégalable, nous sommes submergés d'une vague d'émotions autant quand ils haussent le ton que quand ils se taisent. Leur voisine va subitement entrer dans leur vie. La voisine, c'est Kyla, une femme très introvertie, elle bégaie et semble avoir connu un traumatisme, mais ce personnage restera jusqu'à la fin quelqu'un de très secret. La psychologie instable de ces trois protagonistes s'exprime par les images, par leurs paroles et leurs gestes.

Steve et sa mère ont une relation très fusionnelle. Tellement fusionnelle qu'elle en est parfois dérangeante, à la limite de l'inceste. Ils sont tout ce qu'il leur reste. Leur amour fait leur force. Mais les personnages se trouvent dans une impasse : le problème c'est Steve et sa maladie, et ils ignorent quelle est la solution pour qu'il s'en sorte. Le format d'image utilisé par le réalisateur accentue d'autant plus l'emprisonnement dans lequel se trouvent les protagonistes. J'ai trouvé le parti pris du choix de format génial et très novateur. Aussi, on verra plus tard dans le film qu'il apporte un réel intérêt, très métaphorique, qui est à découvrir et qui m'a bouleversée.

La manière dont le film est tourné m'a laissée sans voix. Les flous, les zooms, les accélérés, les ralentis. Sa façon de nous faire apprécier les paysage par des champs larges, et celle de nous faire se rapprocher des personnages par des plans rapprochés.
La bande son nous immerge complètement dans un univers brûlant. Cette manière si spontanée et franche de filmer m’émeut : nous sommes au plus proche du mal, de la douleur et de l'explosion humaine. Nous sommes entraînés par la musique, parfois très forte, parfois trop peu, qui, inconsciemment fait ressurgir des émotions en nous. Les longs silences hurlent la joie, la peur, la peine des personnages. Et les rires sont communicatifs. Dolan a un réel talent ! L'esthétique du film prend tout son sens.

Steve est un jeune garçon très brutal et cru, des crises de violence lui prennent parfois, il détruit tout sur son passage et parle très mal. Ce sont les ravages de la maladie qui vont à l'encontre de lui-même et de sa raison. On découvre en parallèle un garçon drôle, généreux, attentionné, charmeur et franc: il ne peut qu'émouvoir le spectateur. Antoine Olivier Pilon interprète parfaitement ce personnage, il dégage à travers l'écran une vraie boule d'énergie.
Aussi, la grande gueule et le côté minette de la mère (Mommy c'est elle!) pourrait vite énerver; mais au contraire, la personnalité, l'histoire et la situation de cette veuve touchent le spectateur. C'est l'actrice Anne Dorval qui a le rôle. Elle est magnifique et tellement attachante.
Le casting est vraiment exceptionnel! En effet, Suzanne Clément, dans le rôle de Kyla (un rôle qui diffère totalement de ceux qu'elle a l'habitude de jouer) est très saisissante. Son personnage réservé étonne, on en sait que très peu sur cette femme, mais ce n'est pas frustrant car c'est à un personnage très mystérieux auquel le public a accroché.
On découvre des personnages qui se correspondent beaucoup et un vrai triangle amoureux, soudés les uns aux autres.

Je recommande vivement ce film, il libère l'esprit, il est tout ce qu'il y a de plus vivant !
En 2 secondes, nous passons des rires aux larmes, c'est CA un film réussi.

Lou Mollier

Mommy, Steve, Kyla

Mommy, Steve, Kyla

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents