Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

cinebaudelaire.overblog.com

Blog des élèves de cinéma du lycée Baudelaire de Cran-Gevrier


Party Girl

Publié le 16 Novembre 2014, 17:44pm

Party Girl est un film de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis, avec Angélique Litzenburger, Joseph Bour, sorti le 27 août 2014.

L'histoire se passe en Lorraine à la frontière de l'Allemagne. Angélique, une hôtesse de cabaret de soixante ans, voit ses clients se faire de plus en plus rares, et sent approcher la fin de sa carrière. Un client régulier, Michel, la demande soudainement en mariage.

Party Girl est un mélange entre fiction et réel, car le personnage d’Angélique existe bel et bien. En effet, Samuel Theis, qui n'est autre que son fils ( et qui joue son propre rôle ), a décidé de raconter dans ce film un passage de la vie du personnage vraiment atypique de sa mère. On y retrouve d'ailleurs tous ses autres (vrais) enfants : Mario Theis, Severine Litzenburger et Cynthia Litzenburger. Cette composition inattendue du casting donne un rendu vraiment intime de ce bout de vie, ce mariage qui, finalement, paraît vraiment prétexte est ramené au second plan, car l'histoire n'est pas vraiment là. L'histoire, c'est plutôt la vie entière d’Angélique, dont on découvre au fur et à mesure de nouveaux aspects. C'est la relation qu'ont les enfants à leur mère. Celle toute particulière de Cynthia, sa dernière fille, qui a été placée dans une famille d’accueil et qu’Angélique n'a donc pas pu élever. Leur relation si lointaine se voit chamboulée dans ce contexte de mariage : Cynthia y étant invitée, elles vont se confronter à un tête-à-tête d'« invitation » qui va leur demander beaucoup de mal, qui aboutira à beaucoup de larmes, puis qui fera beaucoup de bien. C'est aussi le mal-être d’Angélique qui se sent tiraillée entre sa vie de femme de cabaret ou celle plus rangée de femme mariée.

Finalement, c'est une non-fiction qui fonctionne très bien et qui, de manière évidente, est portée par l'incroyable personnage qu'est Angélique. Laquelle est aussi sublimée par le soutien intimiste de sa famille, présente devant et derrière la caméra, qui lui fait comme un cadeau d'amour et de remerciement à travers cet hommage cinématographique.

Pourtant, que peut-on trouver d'autre, nous, spectateurs extérieurs à leur vie, à part ce côté sincère et émouvant ? Quelles conclusions tire Angélique après cette tentative de «se ranger» ? A quoi aboutit le film ? Quel est le but de Samuel Theis, à part celui de retracer un passage de la vie de sa mère ? En fait, il ne semble pas vraiment qu'il y en ait d'autre. Comme la fin du film, qui ramène Angélique là où elle était au départ, le film lui même ne subit aucune évolution. Au bout du compte, le point de vue alors très neutre qui donne juste la vision simple d'une période d'existence n'apporte pas de profondeur au film, à part celle de la sincérité de l'histoire et de ses personnages. Film qui, de ce fait, manque d'un aboutissement dans une quelconque réflexion ou conclusion.

Malgré ce petit défaut que je lui trouve, je vous conseille quand même d'aller voir ce très beau film, qui trace donc avec humilité et retrait un magnifique portrait d'une femme à la marginalité bien trop souvent méprisée. Poireau

Elise PIC

Party Girl

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents