Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

cinebaudelaire.overblog.com

Blog des élèves de cinéma du lycée Baudelaire de Cran-Gevrier


50 nuances de Grey

Publié par les élèves du lycée Baudelaire sur 25 Février 2015, 06:32am

Après la parution du livre, ce film était attendu au tournant. Il va sans dire que l'histoire de la romance entre la jeune étudiante timide Anastasia Steele et le richissime mais sombre Christian Grey est connue de tous.

Contrairement à certains "on dit", l'histoire n'est pas que à propos de masochisme dans le sens où on s'interroge beaucoup sur la psychologie des personnages, comme par exemple pourquoi Grey refuse d'être touchée par Steele alors qu'il pratique tout genre de sado-masochisme. On s'attache également à l'innocence d'Ana qui ne reste qu'une "enfant" au début du film, qui découvre la sexualité au travers d'une initiation plus brute qu'à la normale. S'il est vrai que certaines scènes peuvent paraître choquantes, aucune partie génitale n'est explicitement montrée, ce qui fait qu'on reste dans des images tout de même propres, bien que très suggestives.

Pour celles et ceux qui ont lu le livre, il est vrai que mettre enfin un visage sur des personnages aussi célèbres et caractéristiques pourrait être délicat et briser l'imagination, mais Dorcan (Grey) et Johnson (Ana) ont réussi à saisir et incarner pour l'un le sombre et pour l'autre la candeur de leurs personnages. Ce film, loin d'être vulgaire, est à la fois puissant et sophistiqué. Les dialogues ont reçu une attention particulière qui correspondent tout à fait à l'ambiance électrique et tendue qui s'instaure au cours du film. Les couleurs souvent sombres reflètent l'atmosphère dans laquelle l'histoire se plonge. La plongée de la caméra au moment où Steele arrive au building de Grey révèle l'immensité du monde dans lequel elle pénètre.

Chaque bruit dans le film prend une part importante dans le sens où chaque cliquetis ajoute une tension, chaque pas densifie le suspense émotionnel. La réalisatrice Taylor-Johnon a vraiment su capter l'histoire et donner une dimension réaliste à un fantasme tout en restant dans le classe et le sophistiqué et non en tombant dans un film charnel et vulgaire. Au fur et à mesure du film, les costumes d'Ana deviennent de plus en plus adultes et féminins, ce qui montre la transformation du personnage. En effet, alors qu'au début elle est soumise au pouvoir du mystérieux Grey, elle gagne en pouvoir au fur et à mesure que ses costumes évoluent.

Un film saisissant à voir.

Floriane Laroche

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents