Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

cinebaudelaire.overblog.com

Blog des élèves de cinéma du lycée Baudelaire de Cran-Gevrier


La Nuit au Musée III

Publié par les élèves du lycée Baudelaire sur 28 Février 2015, 18:26pm

La nuit au musée III est, comme son nom l'indique, le troisième volet de la Trilogie La nuit au musée réalisé par Shawn Levy.

Avant de commencer la critique pure du film, je souhaite tout d'abord apporter une précision : Il y a la trilogie qui est une suite d'épisodes qui racontent une seule et même histoire tout le long (par exemple Le seigneur des anneaux); et la trilogie que l'on pourrait, sans trop se mouiller, qualifier de « commerciale » car elle suit, non pas l'histoire, mais le succès du premier film. On voit que ça plaît, donc on fait une suite. Cela est devenu habituel voire quasiment nécessaire dans le cinéma notamment de nos jours. Il a fort à parier que le film La Reine des Neiges (que je ne qualifierai pas...) aura très prochainement une suite, et cela bien que la narration et le but de celle-ci ne requiert pas une suite. Et c'est exactement la même chose pour La nuit au musée.

Film typique Hollywoodien donc, où les effets spéciaux ont plus de valeurs qu'un bon scénario, avec énormément de scènes clichés et une évolution des personnages factice.

Autre reproche que l'on peut faire à ce film, c'est qu'il s'écarte trop de ce qu'était la nuit au musée sans pour autant apporter, approfondir ou renouveler cet univers pourtant qui semble, du moins s'il est bien exploité, riche et singulier. En effet, les personnages perdent tout bonnement leur personnalité. N'importe qui pourrait être n'importe qui. Dans le premier film, on voit clairement que l'on insiste sur le côté humain des pièces du musée lorsqu'elles prennent vie. Elles sont uniques, elles ont un caractère, une éthique. Dans ce film, tout passe à la trappe. Ils ressemblent plus à des figurants qui servent à donner la réplique qu'à des personnages travaillés.

Malgré tout, le jeu d'acteur est tout de même bon, bien que les personnages, n'étant pas bien recherchés, ne soit pas aussi difficiles à jouer que par exemple Norman Bates de Psychose.

Ensuite il ne faut pas oublier, comme je l'ai un peu fait dans le début de la critique, que le film a pour vocation de faire rire. Et, grâce à cela, le film est tout de même léger, bien que certaines scènes prévisibles soient inévitablement lourdes.

Ce film est, selon moi, le film typique que l'on trouve à notre époque. Absolument aucune idée et communiqué, l'esthétique du film se limite à de jolis travellings et des nombreux effets spéciaux qui, contrairement aux films de Chaplin, qui eux aussi (ou plutôt, au moins) étaient drôle, n'ont aucunes symboliques (on faire un plan parce qu'il plaît et non pas parce qu'il apporte quelque chose au film).

Certains diront que de un : tous les films sont commerciaux ; et de deux : à quoi bon faire un film s'il n'est pas plaisant ? A cela je répondrai que j'entends par « commercial » les films qui ont pour but de faire du profit, ce qui est le cas des films hollywoodiens. Ce n'est pas parce qu'un film rapporte de l'argent et plaît qu'il est commercial (Spécial dédicace à l'inhumain qui a dit que Hitchcock et Miyazaki étaient des réalisateurs commerciaux parce qu'ils se sont fait de l'argent avec leurs films...). Quant à la seconde question, un film peut tout à fait être plaisant et drôle... sans être commercial (par exemple le film Intouchables est un film drôle, à but non lucratif qui a pourtant eu un succès monumental). De plus, il n'est aucunement nécessaire qu'un film soit plaisant. Un film dérangeant véhicule et a beaucoup plus d'impact qu'un film « normal ».

Thierno Barry

La Nuit au Musée III

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents