Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

cinebaudelaire.overblog.com

Blog des élèves de cinéma du lycée Baudelaire de Cran-Gevrier


Avengers, L'Ere d'Ultron

Publié par les élèves du lycée Baudelaire sur 8 Mai 2015, 20:11pm

Catégories : #Cross-Over de super-héros

Avengers, L'Ere d'Ultron

Le deuxième opus du plus grand cross over de super-héros à ce jour revient en force en ce début d’année et vient conclure la phase 2 des films de l’univers Marvel comprenant au passage Iron Man 3, Captain America : le Soldat de l’Hiver et Thor : Le Monde des Ténèbres.

Le film est réalisé par Loss Whedon qui avait déjà réalisé le premier Avengers (on peut donc dire qu’il s’y connaît question distribution de baffes entre amis supers).

Côté histoire, le film semble s’enchainer avec la fin du dernier Captain América qui nous montrait Le Baron Strucker en possession du sceptre de Loki (si vous ne vous y connaissez pas trop en Marvel, je suis probablement en train de dire du charabia pour vous) ainsi que les jumeaux Pietro et Wanda Maximoff qui auront un rôle important dans ce film.

On nous annonce directement la couleur en mettant en scène les six héros du précédent volet luttant ensemble en Sokovie (ne cherchez pas sur Google Earth, ce pays n’existe pas) pour retrouver le fameux sceptre. Ils doivent pour cela prendre d’assaut une forteresse lourdement défendue et feront la rencontre des jumeaux Maximoff qui se trouvent être des « optimisés », soit des personnes ayant subi des mutations génétiques qui leur ont procuré des pouvoirs. En gros, l’un coure très vite et l’autre est … bizarre. La scène est au passage extrêmement dynamique, avec des baffes et des effets visuels dans tous les sens, tout en gardant une action fluide et assez bien filmée. Une petite touche d’humour vient même rafraichir l’atmosphère pour ceux qui en auraient déjà marre de voir des supers héros taper sur des trucs. Au final Tony Stark (alias Iron Man ou Robert Downey Jr. pour les intimes) parvient à rapporter le sceptre mais Scarlette Witch (la jumelle bizarre jouée par Elizabeth Olsen) lui envoie une vision prémonitoire, lui montrant toute son équipe à terre lui répliquant que tout est de sa faute.

De retour au QG des Avengers (certains auront peut être reconnu l’ancienne tour Stark), Tony entreprend de créer une intelligence artificielle, Ultron, pour remplacer les héros et protéger la Terre. Il demande pour cela l’aide de Bruce Banner (alias Hulk quand il s’énerve, il est toujours joué par Mark Ruffalo). Ce dernier a même droit à une romance avec Natasha Romanoff (alias Black Widow jouée par Scarlett Johansson) que je peine un peu à comprendre, mais bon si son truc c’est les armoires à glace vertes, et en plus ça donne encore un peu de piquant aux relations entre personnages. Stark tente par la suite d’utiliser le sceptre de Loki pour façonner son intelligence artificielle et, comme on pourrait s’en douter, cela se retourne contre lui, on voit qu’il n’a vu ni Matrix, ni Terminator.

La suite de film correspond à la traque d’Ultron par les Avengers qui les mènera dans divers lieux dont la maison de campagne de Clint Barton (ou Œil de faucon joué par Jeremy Renner) offrant une jolie petite séquence flash-back permettant d’en savoir un peu plus sur Black Widow qui jusque là était encore l’un des plus obscurs de la licence. Nous aurons droit à de multiples scènes de bagarres plus dantesques les unes que les autres (mention spéciale à celle opposant Hulk et Veronica, vous comprendrez) jusqu’à retourner là où tout a commencé, en Sokovie, pour un finale aussi spectaculaire que le reste du film, qui mettra bien sûr en scène tous nos héros combattant malgré le sous-nombre évident une armée de méchants pour éviter la destruction du monde (tiens, ça me rappelle un autre finale de film Marvel).

En conclusion, cette Ere d’Ultron est le digne successeur du premier volet, meilleur sur quasiment tous les points, un casting toujours aussi merveilleux, des personnages plus approfondis, une intrigue qui tient en haleine et qui parvient à nous surprendre, ce qui n’est pas facile vu l’univers du film, des effets visuels au top et, bien entendu, du fan-service à gogo. Rappelons toutefois que le film est loin d’être une œuvre philosophique avec une morale prépondérante (on est plus proche du « moi héros, toi méchant, moi devoir te casser la figure »), il s’agit d’un blockbuster destiné au plus grand nombre et avant tout aux fans de l’univers Marvel.

Pour ma part, j’ai évidemment adoré et je conseille ce film à tout le monde, hormis bien sûr les grincheux ayant horreur des super-héros.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents