Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

cinebaudelaire.overblog.com

Blog des élèves de cinéma du lycée Baudelaire de Cran-Gevrier


SAINT LAURENT

Publié par Juliette Suchel sur 27 Mai 2015, 18:07pm

SAINT LAURENT

Deux longs-métrages sur le fameux grand couturier français Yves Saint Laurent la même année? Pourquoi pas.


En sélection officielle du festival de Cannes 2014, le Saint Laurent de Bertrand Bonello est concurrencé par une autre version de Jalil Lespert sortie en Janvier. Après Pierre Niney, c'est le talentueux Gaspard Ulliel qui incarne le rôle de ce personnage qui a marqué la haute-couture et inventé une nouvelle image de la femme. On découvre, principalement, sur une période de 9 ans (1967-1976), un homme sensible, tourmenté, et entouré par les addictions de l'Artiste : drogues, cigarettes, alcools.

Un scénario, qui ne cesse de revenir dans le temps allant des débuts du créateur jusqu'à sa mort, parcourt un univers des années 70 surtout centré sur le monde renfermé de Saint Laurent, rempli de robes et de dessins. L'énorme travail de reproduction de toutes ces œuvres est complété par le choix du casting. Plus particulièrement, c'est Gaspard Ulliel qui, grâce à sa présence à la caméra et son changement de voix presque identique à celle de Pierre Niney lui-même ayant essayé de l'adapter à celle de Saint Laurent durant des mois, donne vie à ce biopic.
En ce qui concerne l'univers sonore, la musique off est très présente et aide ainsi à se mettre dans l'ambiance. Malheureusement, l'importance du silence dans ce monde de fêtes où beaucoup de scènes en discothèques sont présentes, manque.


Grâce aux différents angles, point de vues, et à la façon dont les acteurs sont filmés, les images nous apportent plus d'intensité. Mais, malgré l'éclairage très juste, accordé à la beauté des costumes et aux décors, le montage pose un problème sur la mise en scène.
Les plans sont coupés secs et les transitions trop rapides. Les musiques changent trop rapidement et le son n'est pas diminué à la fin de chaque séquences. Le rythme est donc cassé. Il est notamment plus difficile de s'imprégner totalement de l'histoire lorsque les périodes se mélangent. Même en étant indiquées, il est parfois compliqué de faire un lien avec le plan précédent.

Il a pourtant été intéressant de comparer deux points de vues différents sur la vie complexe d'un homme connu principalement par ses uniques lettres : YSL.

Juliette Suchel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents