Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

cinebaudelaire.overblog.com

Blog des élèves de cinéma du lycée Baudelaire de Cran-Gevrier


En espagnol, Sicario signifie "tueur à gage"

Publié par Mathilda Colli sur 1 Novembre 2015, 10:39am

En espagnol, Sicario signifie "tueur à gage"


Denis Villeneuve, réalisateur de talent et à la notoriété grandissante, aime torturer ses spectateurs, les confronter à des réalités qui choquent, des réalités qui leur retournent le cerveau au point de ne pas en dormir la nuit. Une femme en plein conflit religieux au Liban dans Incendies, des adolescents pris au piège par un terroriste dans Polytechnique, des enlèvements d’enfants dans Prisoners et maintenant l’horreur des trafics de drogues à la frontière Mexicaine dans Sicario. Sorti le 7 octobre 2015 et présenté au festival de Cannes au mois de mai, ce film est arrivé sans faire de bruit sur le tapis rouge puis, sans que personne ne le prévoit, a pris en otage les spectateurs, les obligeant à ouvrir les yeux sur une réalité qui dérange.

Apres la découverte d'une scène de crime des plus macabres lors d'une intervention du FBI sur le territoire américain près de la frontière mexicaine, l'agent Kate Macer, responsable de l'assaut, rejoint une équipe montée par le gouvernement américain pour mettre un terme à l'agissement des cartels méxicains. Le récit se focalise majoritairement sur la descente aux enfers de l'agent Macer, femme forte aux valeurs justes qui doit se battre pour se faire entendre et faire appliquer la loi dans ce monde contrôlé par les hommes. En parallèle, on suit l'évolution d'un policier mexicain et de son fils vivant à Juarez, ville frontalière ravagée par la corruption et le sang.
Mise à part la scène d'exposition d'une violence percutante, Sicario se démarque des autres films de cartels par le choix de montrer l'horreur à travers l'image, mais aussi à travers l'imagination du spectateur. Moins insoutenable que Prisoners bien que tout aussi puissant dans les scènes de violence, Villeneuve a en effet choisi de filmer certaines séquences hors champ ou bien à distance, faisant de l'ennemi traqué une menace fantôme prête à frapper à tout moment.
Une des séquences les plus marquantes du film est surement l'excursion à Juarez. N'étant pas les bienvenus au Mexique, les 3 antagonistes se livrent à une mission d'extraction dangereuse où la menace réside sur le visage de tous les habitants qu'ils croisent. Villeneuve installe un climat hostile par des plans interminables du convoi qui évolue dans les rues. Tous les habitants sont susceptibles de leur vouloir du mal et, à la frontière, on se met à ne plus savoir qui croire. On peut également noter la séquence du tunnel car par ses plans en vision nocturne et infrarouge immergent totalement le spectateur dans la mission, le point culminant de l'intrigue.
On ne peut également que saluer la performance de Benicio del Toro dans le rôle d'Alejandro, un consultant colombien névrosé et mystérieux. Avec Emily Blunt dans le rôle de l'agent Macer et Josh Brolin dans le rôle de Matt Gracer un agent de gouvernement un peu louche, ces 3 acteurs forment un très bon trio.

Finalement, Sicario, c'est bien plus qu'une lutte contre le traffic de drogue qui se répand au delà la frontière américaine, c'est un véritable casse-tête politique pour tirer l'Amérique de son insécurité. Et dans ces conditions, la course au pouvoir se gagne en battant le mal par le mal.

Je conseille donc ce film à tous ceux qui peuvent retenir leur souffle pendant 2h02 !!

Mathilda Colli

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents