Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

cinebaudelaire.overblog.com

Blog des élèves de cinéma du lycée Baudelaire de Cran-Gevrier


Mustang

Publié par Margot Edmond sur 25 Novembre 2015, 16:01pm

Mustang

Mustang est un film réalisé par Deniz Gamze Ergüven et sorti le 17 juin 2015 et sélectionné au festival de Cannes. Il est de nationalité turque et se dit féministe car il parle d’un sujet grave touchant les femmes musulmanes subissant des principes sexistes.

Mustang ou quand la fiction rencontre le réel. Ce film est une dénonciation d’une situation brûlante d’actualité: la condition des femmes musulmanes en Turquie. Le réalisateur choisit 5 jeunes soeurs, dans la fleur de l’âge, belles et naïves, qui connaissent une jeunesse peu commune. Lorsqu’elles rentrent de l’école en jouant avec des garçons, elles déclenchent un scandale aux conséquences inattendues. Leur mère les enferme alors chez elles, leur apprend à être de bonnes femmes, pratiques ménagères, cuisine…la maison se transforme en prison. Ce sentiment d’emprisonnement est encore plus accentué par le fait que leur père installe des barbelés, des hauts murs autour de la maison. Les jeunes filles sont coupées du monde, elles ne peuvent pas s’épanouir. Elles ne connaissent pas les jeunes garçons au dehors. Mais le plus terrible reste encore à venir. Les mariages arrangés. La plus grande est en âge de se marier, sa mère lui trouve un homme riche mais vieux. Elle s’y plie sans résistance. Puis c’est au tour de la seconde de se marier. Et ainsi de suite, jusqu’à la troisième, qui se suicide. Les conditions jusqu’auxquelles elles sont poussées sont terribles.

La liberté:

Ce que dénonce le réalisateur dans ce film est le fait qu’on ne doit pas laisser un autre diriger notre vie. Le réalisateur prouve qu’il faut à tout prix garder son libre-arbitre, décider de la personne avec qui on se marie, décider de ne pas rester femme au foyer, décider de s’amuser, décider de s’habiller comme on veut… C’est une valeur très importante que le libre-arbitre. Ce que dénonce ce film, c’est la condition où sont réduites les femmes, des femmes qui ne décident rien de ce qu’elles font et se laissent faire par des hommes sans résister. Ce que dénonce ce film, c’est le fait de ne pas avoir le contrôle de sa vie, et de se plier à des décisions extérieures comme une machine qui exécuterait ce qu’on lui dit. Le plus terrible dans l’histoire, c’est que des femmes comme ça, il en existe des milliers dans le monde. Et qu’elles acceptent, sans se soulever. Ce film est un aussi un appel au soulèvement, un appel à toutes les femmes qui endurent ça et qui doivent se rebeller, suivre l’exemple de Lale.

Lale qui est la plus jeune des soeurs et qui pourtant est la seule qui a tout compris. C’est la seule qui ne se laisse pas faire. Qui résiste. Et les femmes dans le monde ont besoin de femmes comme ça qui montrent la voie, qui deviennent des leader de manifestations. Porteuse d’espoir et d’un avenir nouveau où la femme serait considérée comme l’égal de l’homme dans l’islam. L’utopie d’une religion égalitaire.

Touchant et marquant:

J’ai trouvé ce film émouvant. Émouvant pour beaucoup de choses. Pour la solidarité des soeurs entre elles, leur force lorsqu’elles sont ensemble. Leurs solidarité face aux problèmes, à la tristesse… C’est ce message que veut faire passer le film : ensemble, on est plus fortes. Émouvant par le sentiment de Lale qui veut faire bouger les choses, qui se rend compte de la situation. Émouvant lorsqu’elle retrouve sa maîtresse et que le film se termine sur une note d’espoir. Une note d’espoir importante, pour faire naître un sentiment de confiance et pour dire: «on va y arriver, ce combat n’est pas perdu ». J’ai beaucoup pleuré lors de cette fin mais c’était des larmes de joie, une confusion entre le soulagement et le choc. Car ce film est aussi choquant. Particulièrement au moment où une des soeur est au lit avec son nouveau mari. Mais il ne voit pas de sang sur les draps. Or selon la tradition, les femmes sont censées rester vierges jusqu’au mariage. Encore une interdiction réservée aux femmes. Le mari va jusqu’à aller à l’hôpital pour vérifier l’hymen de sa femme. Cette scène est insupportable car elle prouve que, pour un homme, ce serait inacceptable qu’elle ne soit plus vierge. Eux, bien sûr, ont le droit de faire ce qu’ils veulent, mais, pour une femme, ce serait déshonorer son mari. Cette pensée peut paraître insensée en 2015, et pourtant…

Margot Edmond

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents