Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

cinebaudelaire.overblog.com

Blog des élèves de cinéma du lycée Baudelaire de Cran-Gevrier


DEMAIN

Publié par Juliette Suchel sur 27 Février 2016, 17:04pm

DEMAIN

Habituellement réalisatrice de fictions, Mélanie Laurent décide de se lancer dans un nouveau genre cinématographique avec Demain. Pour réaliser ce documentaire, elle s’associe avec Cyril Dion réalisateur, écrivain et ancien directeur de l’ONG Les colibris, qui consiste à mettre en place une société écologique et humaine. Sorti le 2 Décembre 2015, ce film de 2h retrace les crises écologiques, humaines, sociales et économiques de notre monde afin de se poser des questions et donner des réponses pour un meilleur avenir possible. A travers 10 pays (Etats-Unis, Inde, Grande-Bretagne, Danemark, Finlande, France et l’Île de la Réunion, Islande, Suisse, Belgique et Suède) Mélanie, Cyril et 4 autres volontaires pour ce film partent à la recherche de solutions pour la planète. Ils découvrent au fur et à mesure de leurs interviews (de Pierre Rabhi, Rob Hopkins, Olivier De Schutter, Bernard Lietaer, Jan Gehl, Malik Yakini, Thierry Salomon, Jérémy Rifkin, Vandana Shiva, David van Reybrouck, Robert Reed, Elango Rangaswamy, Michelle Long, Kari Louhivuori, Emmanuel Druon, Elizabeth Haldy, Anthony Barnosky et Charles et Perrine Hervé-Gruyer) de nombreuses décisions efficaces déjà prises et engagées dans plusieurs domaines. Il faut changer notre manière de vivre pour nos générations futures : c’est le message qu’ils veulent nous faire passer. Voilà une citation de Rob Hopkins qui vous donnera un petit aperçu de l’histoire que Demain raconte : « Nous passons notre temps à faire des films où nous sommes éradiqués par des zombies, des bombes nucléaires, des épidémies, des robots, des extraterrestres, des petits grimelins… Nous adorons ça ! Mais où sont les films qui parlent du contraire ? Ceux où nous nous rassemblons et où nous résolvons les problèmes ? Nous n’en avons pas vraiment… L’être humain est tellement ingénieux, tellement créatif. Nous pourrions faire des choses extraordinaires, mais pour ça nous avons besoin de nous raconter ces histoires. Avoir une vision, raconter une histoire, c’est comme de jeter devant soi un tourbillon qui vous entraîne… »

Tout au long de ce film prenant, des images époustouflantes de paysages des hauteurs de la Finlande, de rizières ou encore de villes comme San Francisco, défilent. Mais toute cette beauté n’est rien face au plan d’ensemble d’un enclos pour poules où elles vivent l’une sur l’autre accompagnées d’un coquettement incessant, d’une agriculture intensive mangeant l’espace environnement, de bidonvilles indiens… L’atrocité de l’effondrement des écosystèmes est très justement représenté, ce qui nous plonge dans cette vérité dont nous ne nous rendons pas encore tout à fait compte.
A propos de l’image, il y a aussi des portraits humains magnifiques qui donnent vie au film. Les interviews imbibées d’une réflexion très intéressante font ressortir la personnalité de l’homme ou de la femme en face de la caméra. En plus de ça, l’équipe de Mélanie Laurent et Cyril Dion suit la vie de certaines de ces personnes. Cela montre la diversité des peuples, la différence qui existe dans notre monde, mais uni par le but de trouver des conditions de vie adaptées pour l’Homme et la planète en elle-même.

Malgré les termes et situations compliqués que nous pouvons avoir du mal à comprendre, le film est intelligemment séparé en plusieurs chapitres qui sont les domaines explorés des différentes solutions pour la Terre : L’agriculture, l’énergie, l’éducation, habitat, économie et démocratie. Le film est donc tout à fait adapté pour les enfants. En plus de toutes ces interviews, la réflexion des réalisateurs est également présente. Il est intéressant de voir qu’eux-mêmes se posent des questions et sont en recherche en même temps que le visionneur. Cette sorte d’interaction avec le public nous permet de nous imprégner davantage. Puis, un graphiste a ajouté son savoir-faire dans ce documentaire avec des indications de cultures, de produits, parfois des schémas de la Terre… cet aspect esthétique renforce un visionnage agréable et original.

En ce qui concerne la musique, on remarque qu’elle n’a pas été ajoutée juste en fond sonore, gêné par le silence. Elle colle parfaitement à l’image, son rythme suit l’action et c’est très satisfaisant de voir un film autant engagé dans le message qui veut être passé et la réalisation, l’esthétique du documentaire. Le seul défaut qui peut être perceptible est la vitesse trop rapide des informations qui passent. A la fin du film, beaucoup de choses sont indiquées comme des idées entreprises par des personnes dans le monde, ou alors des pourcentages d’énergie utilisée dans certains pays. Malheureusement, on n’a pas le temps de tout lire ce qui nous donne envie de remettre le film en arrière et puis sur pause pour pouvoir tout intégrer.

Enfin, lorsque l’on sort de la salle, des envies de changer nous réveillent. Enfin quelque chose, un fait, un film, qui nous colle la réalité en face et qui nous donne envie de faire bouger les choses. Les actions sont nombreuses, elles sont individuelles, collectives ou politiques et il y en beaucoup malgré ce qu’on peut croire. Et tout cela est visible sur le site officiel : demain-lefilm.com.
Et il n’a apparemment pas marqué que moi. Il a aujourd’hui 2 nominations : Meilleur film documentaire pour les César 2016 et le Meilleur documentaire pour le prix Lumières de la presse étrangère 2016. Deux livres sont également disponibles en librairie : un spécialement pour les enfants, pour qu’ils comprennent plus facilement d’eux-mêmes avec des termes adaptés, et un livre adapté du film.

Allez le voir, avec des amis, enfants, seuls, n’importe quand, n’importe où, allez le voir !

Juliette Suchel

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents