Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

cinebaudelaire.overblog.com

Blog des élèves de cinéma du lycée Baudelaire de Cran-Gevrier


Une jeunesse allemande

Publié par Mathilda Colli sur 24 Mai 2016, 18:46pm

Une jeunesse allemande

Vu dans le cadre de la Rencontre Lycéenne du Vidéo de Bagnère de Bigorre le 6 mai dernier, Une jeunesse allemande est le résultat de neuf ans de recherche sur un pan de l’histoire très peu ou pas connu du tout de ma génération: l’ascension d’un groupe terroriste d’extrême gauche dans l’Allemagne des années 70, la Bande à Baader ou Fraction Armée Rouge (RAF). Le réalisateur, Jean Gabriel Périot, était présent dans la salle ce soir-là et nous a accompagné dans ce voyage dans le temps vers des événements absents de nos livres d’histoires.

Ce documentaire est bouleversant, tant par son contenu que par le message qu’il fait passer : la volonté du réalisateur était de montrer, avec les images d’archives disponibles, comment de jeunes cinéastes allemands pouvaient en venir à commettre des actions terroristes pour faire entendre leurs idées. Jean Gabriel Périot ne donne jamais son avis et ne le donne pas plus pendant l’entretien qui suit la projection. Il laisse parler les images issues des films du groupe, d’interviews de certains membres à la télévision et surtout de reportages TV faits à l’époque. Par la forte présence médiatique, une question se pose alors : les médias forgent-ils l’Histoire moderne ?

La télévision certainement, ou au moins elle crée la mémoire collective, car c’est ce qui reste en majorité des preuves de ces événements. Mais le cinéma semble beaucoup moins écouté, au point que de jeunes adultes qui avaient choisi le 7e art comme moyen d’expression finissent par l’abandonner pour opter pour des moyens plus radicaux.

Le réalisateur lui-même se demande pourquoi l’image parfois ne marque pas autant que cela serait souhaité et en utilisant exclusivement de l’archive. Il tente de renouveler l’expérience commencé par Baader et Meinhof, les leaders du groupe. Pourtant dans Allemagne en Automne de Andreas Baader, Fassbinder un autre membre de la RAF marque le spectateur tant on ressent la haine et le mépris qu’il porte à sa mère qui a vécu le IIIe Reich, montrée à l’écran et qui ne peut échapper à la réalité quand il l’oblige à avouer qu’elle préfèrerait être gouvernée par un « maître autoritaire qui serait très bon, gentil et juste » plutôt que de laisser des terroristes agir. Cet extrait montre le conflit entre les deux générations, l’une pas complètement dénazifiée et qui peine à se faire à l’idée de démocratie, et l’autre qui souhaite connaître le rôle de ses parents pendant la guerre et qui ne supporte plus le silence. Sur moi, l’effet a fonctionné car il m’est maintenant impossible d’oublier ce documentaire et ces extraits. Le film n’était pas encore fini que je n’attendais qu’une chose, aller sur Internet et me documenter au maximum sur ces gens.

Si au XXIe siècle le terrorisme se rattache à du fanatisme religieux infondé et basé sur l’endoctrinement, ces terroristes-là soutenaient une réelle cause et proposaient de réelles idées de changement. Je ne les défendais pas mais je pouvais les comprendre et c’est ce qu’il y a de plus dérangeant, car ces gens ont tué d’autres gens et détérioré beaucoup de lieux alors qu’ils n’étaient que de simples citoyens quelques années avant. Cette histoire résonne beaucoup avec notre actualité et pousse à se demander jusqu’où peut aller n’importe qui, et si la violence est la meilleure manière de changer une société. Comment une révolte étudiante peut en venir à piéger des avions et créer des émeutes meurtrières ?

Ce film ne fait pas l’apologie de la violence ni ne dénonce ces actes. Il reste neutre et, par son montage contradictoire, veut que chaque spectateur se fasse sa propre opinion sur la bande à Baader.

Je conseille ce film ceux qui ne connaissent pas la RAF car ce film apporte une réflexion importante sur le rôle des médias dans notre société et sur la violence du monde actuel, quand on voit que cette semaine même, des voitures de police étaient incendiées à Paris dans le cadre de la manifestation contre la Loi Travail. Si vous n'en sortez pas déstabilisé, au moins vous apprendrez quelque chose d'intéressant et aurez vu un documentaire très bien réalisé et avec des images d'archives authentiques et rares.

Mathilda Colli

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents