Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

cinebaudelaire.overblog.com

Blog des élèves de cinéma du lycée Baudelaire de Cran-Gevrier


Hablar

Publié par Roméo Bernardini sur 27 Octobre 2016, 17:05pm

     Hablar est un film espagnol composé d'un seul plan séquence de 75 min !

     Le réalisateur a donc fait le choix de ne pas couper la caméra sur la totalité du long métrage. Ce film est réalisé par Joaquin Oristrell, un réalisateur qui n'en est pas à son coup d'essai étant donné que Hablar est son huitième long métrage. Le film va donc prendre place dans les rues du quartier de Lavapies à Madrid. Là, nous suivrons les histoires séparées de vingt personnages et ce sans jamais couper. Le principe du film était sensé être un exercice pour les acteurs, qui a finalement été réalisé en long métrage. Et dieu que c'est bon ! Que ça fait plaisir de voir un film comme celui ci qui soit aussi léger que profond et bien écrit.

    La qualité de ce film se base sur plusieurs choses. Premièrement, la caméra. Filmé entièrement en caméra à l'épaule, cette réalisation réussit à intégrer d'une manière dynamique le fait de circuler en permanence dans les rues en suivant des personnages. Toutes les techniques sont vraiment très bien intégrées, ce qui donne au film une fluidité qui fait qu'on ne ressent aucune lenteur. Ensuite, les personnages. Ceux-ci sont réussis à merveille et les dialogues sont écrits d'une main de maître. On suit donc une vingtaine de personnages dans leur vie quotidienne et, grâce à l'écriture, en quelques minutes, on comprend leurs motivations, leurs valeurs et l'aspect de notre société qu'ils représentent.Quant aux acteurs, ceux-ci sont juste géniaux et interprètent leurs rôles avec une sincérité à la limite de la perfection. On a vraiment l'impression qu'on les aurait filmés dans leur vie quotidienne. Le scénario, quant à lui retranscrit extrêmement l'influence de la crise espagnole sur le quotidien des personnages. Je suis toujours étonné que, en seulement 75 minutes, je me sois autant attaché ou que j'ai autant détesté vingt personnages.

     Pour finir, je citerai quelques plans que j'ai trouvé vraiment intéressants tels que le passage en vue subjective lors de la scène du journaliste ou encore la façon qu'a ce film de briser le quatrième mur.

   En résumé, Regardez Hablar car il vaut le détour. On ne sent vraiment pas passer les 75 minutes et on passe du rire aux larmes en un quart de secondes. Je finirai en disant que, fait rare dans un film, je n'ai pas ressenti un seul moment de longueur.

                                                                                                    Roméo Bernardini

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents