Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

cinebaudelaire.overblog.com

Blog des élèves de cinéma du lycée Baudelaire de Cran-Gevrier


Doctor Strange

Publié par les élèves du lycée Baudelaire sur 20 Novembre 2016, 22:51pm

         Il n'est pas rare de voir à l'affiche des films de super-héros en tout genre, et on se laisse souvent le droit de penser qu'ils se ressemblent tous. Mais cette fois-ci, ce n'est pas le cas : On sort directement des scénarios tout fait avec Doctor Strange, qui nous emporte dans une univers aux multiples dimensions qui semblent plus réelles les unes que les autres.

          On découvre alors Stephen Strange, un chirurgien de génie spécialisé en neurosciences, arrogant et égoïste, qui ne pouvait pas être mieux interprété que par Benedict Cumberbatch. Cette passion, que l'on pourrait quasiment qualifier d'addiction, lui coûtera ses mains, lors d'un accident de voiture alors qu'il étudiait le dossier d'un patient tout en conduisant. Il sera ainsi inapte à pratiquer son activité, ce qui le plongera dans une sévère dépression. Ce caractère névrosé le poussera à se rendre dans un coin reculé du monde, pour rencontrer « L'Ancien », soi-disant capable de soigner miraculeusement les cas les plus désespérés. Il découvrira, non sans difficultés, que ce personnage atypique pratique les sciences occultes, auxquelles Strange se dédiera.

          Cela ne semble pas frappant à première vue, mais le cliché du super-héros prêt à tout pour sauver le monde ne s'est clairement pas fait ressentir ici : Strange n'a d'abord été animé que par l'envie de retrouver l'utilisation de ses mains, et non pas par la bien-pensance un peu lourde qu'on retrouve de nombreuses fois dans ce type de film. On a affaire à un personnage plus profond, au caractère plus humain malgré cette horde de défauts, dans lequel on peut se plonger pour finalement ressentir cette empathie étrange. Mais il n'est pas le seul à donner cette sensation de réel : l'Ancien, interprétée par Tilda Swinton, joue un rôle particulièrement compliqué à décrypter. On se demande, au final, s'il s'agissait d'un personnage positif ou négatif de l'histoire, puisqu'elle frôle l'interdit en utilisant de l'énergie d'une dimension noire. Mais de bons personnages ne font pas un bon film, et l'équilibre à tenu grâce à l’esthétique époustouflante que nous ont offert les effets spéciaux à la limite du psychédélique. Les dimensions miroirs, qui permettent aux protagonistes de transformer leur environnement sans influer sur le monde réel, montrent alors une énorme technique dans certaines scènes! Effectivement, montrer une ville « sans-dessus-dessous » en incrustant parfaitement les acteurs de manière logique comme dans la scène de bataille entre l'Ancien et Kaecilius, dont le rythme aurait pu être bâclé très facilement en se montrant trop rapide, c'était à la limite de l'impensable. Un autre exploit technique se trouve lors des scènes finales, à l'apparition de cette fameuse dimension noire, donc les couleurs resplendissent à l’inverse de toute attente. On trouve là un mélange de bleu et de violet, donnant une atmosphère magique, qui contraste avec le marron et gris terne que l'on trouve sur les plans de notre dimension.

           Le seul point noir que l'on pourrait accorder à ce film serait la fin légèrement évidente, qui nous laisse clairement présager qu'un deuxième volet sera à anticiper. Mais s'il est aussi bien réalisé que le premier alors ce n'est certainement pas une mauvaise chose !

       En clair, Doctor Strange est un très bon film, qui mérite peut-être même plusieurs visionnages afin de comprendre toute l'optique folle qu'il peut contenir.

 

                                                                     Alexia Dallas

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

A.NAUNIME 27/11/2016 14:58

Très bonne critique !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents