Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

cinebaudelaire.overblog.com

Blog des élèves de cinéma du lycée Baudelaire de Cran-Gevrier


Tamara

Publié par les élèves du lycée Baudelaire sur 26 Novembre 2016, 18:33pm

Tamara

           Tamara, 15 ans, est une jeune fille de bande dessinée (scénario : Benoît Drousie et Lou Darasse ; Dessin : Serge Bosmans et Christian Darasse), aujourd’hui mise à l’écran par Alexandre Castagnetti dans un film qui, une fois de plus, stéréotype l’adolescence.

           Nous suivons Tamara (Héloïse Martin) durant une année scolaire. Elle est complexée par ses rondeurs et décide pour cette nouvelle rentrée de dépasser cette étiquette de « grosse ». Elle fait le pari avec sa meilleure amie (Oulaya Amamra) de sortir avec le prochain garçon qui rentrera dans la classe. Sans surprise, ce jeune homme est le plus beau du lycée, et Tamara se retrouve dans une situation difficile à gérer mais n’abandonne pas pour autant. Elle fait partie d’une famille recomposée et doit accepter un beau-père (Cyril Gueï) et une nouvelle petite sœur dans sa vie.

           Ce film se veut porte-parole d’un message important : les conséquences du harcèlement entre adolescents. Mais comment dénoncer un fait de société sans s’appuyer sur une scénarisation trop romancée? En effet, pour garantir un certain humour, les personnages sont pour beaucoup caricaturaux. Par exemple, les étudiantes de la classe de Tamara représentent parfaitement l’image que nous nous faisons des harceleuses types (belles, séductrices, manipulatrices…). L’incarnation d’un cliché ne peut pas faire écho à la réalité. Le scénario en lui-même n’est, en partie, pas tangible. Tous les gens que fréquente Tamara deviennent finalement bienveillants et tout se finit bien dans le meilleur des mondes. L’image ici faite de l’adolescence est relativement généraliste et simpliste. Cette histoire ne tient pas compte de tous les questionnements profonds et bouleversants qu’implique cette période.

            Ce film met en scène une grande quantité de personnages incarnés par des acteurs au jeu plutôt inégal. Les rôles les plus attachants sont malheureusement souvent ceux de second plan. La réalisation est dynamique. A plusieurs reprises, des SMS sont incrustés dans l’image, ils ont une grande importance dans l’histoire comme dans sa vie, donc dans le cadre.

              A mon sens, ce film se positionne comme dénonciateur du harcèlement à la période de l’adolescence mais dévie de son but initial en véhiculant des stéréotypes sous couvert d’humour.     

Vianne BURQUIER

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents