Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

cinebaudelaire.overblog.com

Blog des élèves de cinéma du lycée Baudelaire de Cran-Gevrier


Aurore

Publié par les élèves du lycée Baudelaire sur 14 Mai 2017, 16:16pm

Aurore

Enfin un film de femmes pour les Hommes. Aurore, la cinquantaine, un ex-mari, un ex-amour, un ex-job, une ex-sexualité, une ex-féminité ? Ou pas ! Le premier long métrage de Blandine Lenoir réunit tout ce qui nous fait aimer une production : humour, messages importants, casting pertinent, réalisation dynamique,…  

Une femme qui vieillit, qui se sent dépossédée de son corps, de son travail, de sa maternité... Elle se retourne et ne peut que constater sa vie. Sur le papier le contexte ne fait pas rêver. Et pourtant au cœur de cette macabre situation, c’est le sourire aux lèvres que ressort le spectateur.

A l’écran, il n’y a que la femme. Le propos de la réalisatrice est profondément féministe sans pourtant être lourd. Le point de vue interne d’un personnage finalement assez simple aide le spectateur à s’identifier. Le corps féminin si souvent censuré ou caricaturé, parait ici à l’image tel qu’il est et dans tous ses états. Lucie (Lou Roy-Lecollinet), la plus jeune fille d’Aurore (Agnès Jaoui) ne porte par exemple pas toujours de soutien-gorge. Aurore se réapproprie son corps en dansant.  Marina (Sarah Suco), l’ainée est quant à elle montrée totalement nue dans sa baignoire alors qu’elle est enceinte. Cette nudité ne devient à aucun moment choquante ou gênante puisque c’est sur le corps que le temps s’acharne et donc sur la transformation de ce dernier que le film se base. Toutes les générations sont représentées. Au-delà du physique de la femme, c’est sa position dans la société dont il est question. En effet, par exemple, un discours Françoise Héritier, une anthropologue féministe, est très habilement inséré dans le film. Son combat a très certainement inspiré la réalisatrice qui lui a donc rendu un très bel hommage. Son point de vue scientifique apporte plus contenance au sujet. Blandine Lenoir a inséré dans sa création de nombreuses séquences très symboliques, comme l’image des portes qui ne s’ouvrent plus devant Aurore.

Chaque personnage est travaillé. Ils sont riches et apportent tous à l’histoire. Le casting atypique donne du relief à des personnages qui, pour certains, apportent beaucoup de légèreté. Les acteurs ont des « gueules » et ce choix audacieux porte ses fruits.  

Pour ce qui est de la réalisation, Blandine Lenoir a opté pour un montage plutôt dynamique. Son choix est discutable. Il aurait été intéressant de travailler sur la longueur des plans dans les moments de solitude du personnage principal. Mais cette réalisation étant une comédie, les codes de ce genre ont été respectés.

Une comédie à plusieurs lectures et de fait accessible à tous, la réappropriation de son corps à l’aurore d’une nouvelle vie, ce long métrage a de quoi séduire.

Vianne Burquier

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents