Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

cinebaudelaire.overblog.com

Blog des élèves de cinéma du lycée Baudelaire de Cran-Gevrier


CŒURS PURS

Publié par les élèves du lycée Baudelaire sur 15 Octobre 2017, 20:15pm

Festival du Cinéma Italien  (mercredi 27 septembre à la MJC de Novel)

Festival du Cinéma Italien (mercredi 27 septembre à la MJC de Novel)

           Roberto De Paolis, connu pour ses deux courts métrages présentés à Mostra de Venise (Bassa Maera, en 2010 et Alice, en 2011) nous fait découvrir son tout premier long métrage, Cuori Puri , en version originale.

 

          Cette romance tragique nous relate l’histoire d’amour « culte » entre deux êtres que tout oppose. D’un côté, Agnese, âgée tout juste de 18 ans, vit seule avec sa mère parfois un peu trop présente. Très croyante, elle lui demande de faire vœu de chasteté jusqu’au mariage. De l’autre, Stephano, 25 ans, vit dans un monde de violence et de haine. Après s’être fait renvoyé de son précédent emploi, il devient gardien de parking en face d’un campement de Roms. La rencontre entre ces deux personnages et l’amour croissant qui les lie pourra-t-il se construire ? Les thèmes de la sexualité et de la religion sont un moteur essentiel de ce film.  Agnese pourra-t-elle tenir la promesse voulue par sa mère ?

 

      C’est un film d’une grande sensibilité qui nous montre une certaine réalité de ce monde. Roberto De Paolis a su nous plonger dans un univers très terre à terre mais qui nous permet plusieurs réflexions. Dans ce film, nous pouvons observer la présence de trois sortes de père. Premièrement, le père absent, comme celui d’Agnese. Le père impalpable, ayant été violent, comme le père de Stefano. Et enfin, le père spirituel, Dieu, bien présent dans ce film. Le réalisateur nous montre ainsi la diversité des cultures, des origines et les différents caractères chez chacun des individus. Nous pouvons aussi observer le côté relationnel entre la mère d’Agnese et Agnese elle-même. Des métaphores sont utilisées pour nous montrer leur relation fusionnelle puis leur éloignement. Les acteurs principaux, Selene Caramezza et Simone Liberati incarnent bien leur personnage, et provoquent en nous de belles émotions, en affichant une belle harmonie. L’ambiance est parfois pesante et lourde et les dialogues sont peu nombreux. Le réalisateur sait laisser place au silence, ce qui accentue le caractère dramatique de ce film. Les prises de vue sont bien pensées, le hors champ est très utilisé, ce qui nous permet de voir certains épisodes sans que tout nous soit dévoilé d’un coup. La caméra épaule est aussi utilisée (dans les courses notamment) pour que nous soyons vraiment avec les personnages.

 

        Pour un premier long métrage, on peut dire que c’est du bon travail, même si la fin arrive un peu trop vite, alors que l’histoire aurait pu être poussée plus loin. C’est un beau sujet, bien traité. Ce n’est pas la perfection, mais au final existe-t-elle vraiment ?

 

                                                             Marguerite Maxit

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents