Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

cinebaudelaire.overblog.com

Blog des élèves de cinéma du lycée Baudelaire de Cran-Gevrier


Cuori puri

Publié par les élèves du lycée Baudelaire sur 15 Octobre 2017, 18:09pm

Cuori puri    

 

             

     Un premier film (d)étonnant du réalisateur italien Roberto Di Paulis? Avec Cuori puri, il nous plonge dans le côté sombre de l’Italie, prenant comme protagonistes deux personnages aux antipodes : d’un côté une jeune fille de bonne famille, Agnese, très pieuse, qui a promis de rester vierge jusqu’au mariage, et de l’autre un jeune de 25 ans, Stefano, délinquant, gardant un parking. Leur rencontre résistera-t-elle à la promesse de chasteté d’Agnese et aux excès de Stefano ?

        Eh oui, cela ressemble fortement à un Roméo et Juliette revisité, de ce côté-ci, Di Paulis ne nous éblouit pas. Il va cependant nous montrer cela de façon très originale, privilégiant par exemple de longues scènes afin de mieux nous permettre de percevoir les personnages. Aussi, une chose étonnante et il faut bien l’avouer très déroutante au début, les plans sont filmés en « caméra à l’épaule » (plans mouvants), ce qui donne mal au cœur lors des scènes de courses, mais cela privilégie le côté naturel et chaotique de la vie d’Agnese et Stefano.

        Bravo aussi à Emanuele de Raymondi, qui met sur les images une musique si simple et pourtant qui décrit parfaitement l’ambiance. C’est dommage qu’on ne l’ait entendue que deux ou trois fois au total dans le film… Pour la lumière, rien à redire : décor presque perpétuellement sombre pour montrer les sentiments « gris » d’Agnese qui se sent à l’étroit avec sa mère qui la surprotège, avec  aussi plus de terre que de ciel lors des cadrages. Le jeu d’acteur est très bien, notamment celui de Selene Caramazza (Agnese) et celui de Simone Liberati (Stefano), qui jouent sans se forcer et interprètent très bien leur rôle.

 

     Bref, c’est après que ça bloque. Le réalisateur nous montre des scènes pour mieux nous faire connaître les personnages, mais on finit par s’ennuyer ! Les scènes s’éternisent, et s’éternisent encore, sans que l’on comprenne vraiment pourquoi. Par exemple, la scène où Stefano va jouer au football avec ses camarades lors d’une fête et se dispute avec un ami : la scène dure bien longtemps, seulement pour nous opposer juste après une scène d’anniversaire chez Agnese. Cela n’apporte pas assez d’informations par rapport à la longueur de la séquence ! De ce fait, ce n’est pas un film de suspens, il y a peu d’actions véritables et ce n’est pas très diversifié, on finit par se lasser. Pour le son, le réalisateur a voulu mettre en valeur le côté naturel, toujours et encore, mais même si parfois cela peut passer, les autres fois cela nuit à l’intrigue principale. Ainsi, lorsqu’Agnese et sa mère parlent dans la voiture, on entend derrière les bruits de rue et les voix des passants, ce qui n’aide pas à se concentrer sur la conversation. De même lorsqu’une échauffourée éclate, on a une espèce de brouhaha incompréhensible où on ne sait plus où donner de la tête, et où l’on perd le fil de nos personnages. Le rythme est déroutant, on a beaucoup de scènes très longues, puis tout à coup une action, puis retour à une scène longue. Cela rend dynamique un film, si seulement les scènes longues n’assomment pas le spectateur ! Du coup, on se retrouve balloté de droite à gauche, vite ou lentement, et ça devient vraiment dur de s’accrocher au film et surtout, de le comprendre.

 

      Vraiment, je pense que le scénario partait d’une bonne base, en voulant montrer une part de l’Italie peu souvent remarquée, mais la façon dont ce film a été mis en scène et découpé finit par assoupir le spectateur et donc par le désintéresser. Néanmoins, si vous voulez enrichir votre œil critique ou simplement voir des scènes longuement réfléchies, allez-y, mais ne cherchez surtout pas un film de divertissement ou des scènes de suspens intense…

 

                                                                                   Lejeune Marie-Lou

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents