Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

cinebaudelaire.overblog.com

Blog des élèves de cinéma du lycée Baudelaire de Cran-Gevrier


Cuori Puri

Publié par les élèves du lycée Baudelaire sur 14 Octobre 2017, 14:06pm

Cuori Puri

          Roberto De Paolis, avant de réaliser son premier long métrage italien Cuori Puri, a commencé ses études à la London International Film School et, par la suite, a travaillé en tant que photographe et a exposé ses œuvres dans toute l'Europe. Puis, il a mis en scène ses deux premiers courts-métrages qui ont été présentés à la Mostra de Venise : Bassa Marea en 2010 et Alice en 2011. Désormais, il travaille comme vidéaste pour Nowness.com.

            Coeurs purs est dans le genre de la romance mais aussi du drame. En effet, il nous raconte l'histoire entre une jeune femme de 18 ans, Agnese, et Stefano, un jeune homme de 25 ans qui travaille en tant que gardien dans un parking, en face d'un campement de Roms où les conditions de vie sont parfois difficiles. Agnese, quant à elle, vit seule avec sa mère, pieuse, qui souhaite que sa fille fasse vœu de chasteté jusqu'au mariage, mais elle est loin de se douter que, derrière tous ses idéaux, se cache un  amour naissant entre sa fille et Stefano. De là, apparaît un véritable dilemme pour Agnese : choisira-t-elle de se consacrer à Dieu ou bien de vivre une histoire passionnelle avec son nouvel amour ? Leurs visions opposées du monde entre la violence de l'un et la paix de l'autre seront-elles compatibles ?

          Le choix des acteurs principaux par ce réalisateur italien est très juste. En effet, le duo formé par Agnese (Selene Caramazza) et Stefano (Simone Liberati) montre bien l'opposition de leur mode de vie mais  aussi leur amour naissant malgré leurs différences, comme si les opposés s'attiraient vraiment. Quoi de plus détonnant entre la douceur, la naïveté, l'innocence et la gentillesse de cette jeune adulte et la personnalité de ce jeune homme, issu d'un milieu marginalisé par la crise, vivant dans la violence?

          Ce que j'ai particulièrement aimé dans ce film, c'est la manière dont il a été filmé. En effet, lorsque Agnese courait, les travelling des scénaristes (Luca Infascelli, Carlo Salsa, Greta Scichitano et Roberto De Paolis) permettaient véritablement aux spectateurs de se projeter encore plus dans l'action et de vivre avec les acteurs cette histoire. Ils ont réussi à nous faire entrer en mouvement avec les acteurs. De plus, la musique réalisée par Emanuele De Raymondi était entrainante tout au long du long-métrage, notamment lorsqu'il y avait beaucoup d'action (pendant une course-poursuite par exemple) où les acteurs couraient ou se déplaçaient avec du suspens. La musique était là pour accentuer encore plus le rythme,  tenant le spectateur en haleine. Ce film, au-delà de l'amour entre une jeune femme qui veut rester vierge jusqu'au mariage et un jeune-homme qui vit dans la violence, nous laisse croire à un amour impossible, ou peut faire référence aussi à un "Roméo et Juliette" revisité, mais nous dévoile aussi un autre côté :  devons-nous  écouter notre cœur ou plutôt la raison ? Or là, c'est Agnese qui écoute son cœur et sa mère la raison. Sa mère voit ce qu’elle pense être bon pour sa fille et veut qu'elle se préserve pour son futur, alors que, lorsqu'on a 18 ans, on est peut être adulte, majeur, aux yeux de la loi, mais aux yeux de nos parents, faisons-nous toujours les bons choix ? Que faire ? S'écouter soi-même ou écouter la personne qui nous connaît plus que tout au monde, qui nous a élevé et qui sait ce qui est bon pour nous ou non ?

           Ce film est excellent dans la mesure où il peut faire réagir et réfléchir les jeunes adultes encore un peu coincés dans l'adolescence et qui ne savent pas forcément comment faire le premier pas dans le monde d'adultes qui s'offre à eux. Pour un premier long-métrage, Roberto De Paolis nous a montré ses capacités en tant que réalisateur et est loin de nous avoir déçu. Au contraire, une fois le film achevé, nous n’avons qu'une seule envie : connaître la suite de cette Idylle.

                                                                                                      MIGUET Lou.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents