Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

cinebaudelaire.overblog.com

Blog des élèves de cinéma du lycée Baudelaire de Cran-Gevrier


Les Proies

Publié par les élèves du lycée Baudelaire sur 25 Octobre 2017, 17:19pm

Sofia Coppola est une réalisatrice qui n'a plus à faire ses preuves. Elle s'est imposé dans le monde du cinéma par ses plans magnifiques, sa direction d'acteurs et sa vision singulière. Si on devait me demander de résumer le cinéma de Coppola je dirais "Des gens qui s'ennuient avec de la tension sexuelle", mais c'est loin d'être aussi simple. Sinon cette réalisatrice n'aurait pas pu se faire une telle place de ce milieu malheureusement majoritairement masculin qu'est le cinéma.

Donc, "Les Proies" est un film réalisé par Sofia Coppola, adapté du roman éponyme de Thomas Cullinan, avec un casting assez impressionnant tel que Nicole Kidman, Kirtsten Dunst, Colin Farrell et Elle Fanning. Il nous raconte l'histoire de John McBurney (Collin Farrell) un officier nordiste, qui blessé après une bataille va être recueilli et hébergé dans un pensionnat sudiste pour jeunes filles tenu par Martha (Nicole Kidman). Le long-métrage va suivre l'impact que va avoir l'arrivée de cet homme dans cet environnement entièrement féminin.

Le premier point fort du film, ce sont ses plans. Ce n'est pas tellement une surprise, Coppola nous a habitué à de magnifiques images, mais ici elle se dépasse vraiment. Certaines scènes, comme le plan séquence d'ouverture, m'ont laissé sans voix. Cela est je pense dû à plusieurs choses. Tout d'abord le travaille du directeur de la photographie, Philippe le Sourd, un français qui a notamment travaillé sur "La Cité des enfants perdus" de Jean pierre Jeunet. Il nous livre ici des plans d'une composition magnifique, dus surement à un éclairage presque entièrement naturel.

On ressent également le lien qu'entretient Coppola avec la nature, lien qui est présent depuis son premier film "Virgin Suicides" que je recommande très fortement. Les plans concernant la nature sont particulièrement magnifiques. Pour continuer du côté de la réalisation, on retrouve le talent qu'à Sofia Coppola pour filmer ses personnages, tout particulièrement les femmes.

Parlons en justement de ces personnages, ils sont tous très bien représentés, et bien que certains aient moins d'importance que d'autres ils ont tous le droit à leur développement ainsi qu'à leur identité. Leurs motivations, objectifs et dilemmes sont exposés clairement. De plus certains personnages disposent d'une ambiguïté morale qui les rend particulièrement intéressants. Le capitaine par exemple, on ne sait pas si on doit l'aimer, le détester ou avoir pitié de lui. Ou encore le personnage d'Elle Fanning qui est aussi insupportable que charismatique. Mais l'un des éléments qui fait la force de ces personnages c'est le jeu de leurs interprètes. Tous les acteurs, même les plus jeunes, sont dans le juste. Coppola a vraiment un talent pour ce qui est de la direction d'acteurs. Ce n'est certes pas la première fois qu'elle doit gérer un aussi gros casting, elle a tout de même déjà tourné avec entres autres, Bill Muray (Lost in translation) ou Emma Waston (The Bling ring). De plus ce n'est pas la première fois qu'elle travaille avec Kirsten Dunst (Virgin Suicides) ou Elle Fanning (Somewhere). Mais cela n'enlève rien au mérite des acteurs, dont le charisme fait qu'ils arrivent à donner de l'importance à chacun des personnages.

Pour finir, parlons de l'histoire en elle même. Celle ci est très bien construite et bien que le film ne s'épargne pas quelques longueurs, il n'y a aucun moment où on s’ennuie. On est ici comme les jeunes filles, perdus ne sachant pas que penser de cet homme qui inspire méfiance et curiosité. 

Bref, allez voir "Les Proies", c'est un très bon film, servi par de bons acteurs, une réalisation très juste et des personnages féminins forts, loin du cliché de la "Strong independant woman". LE rythme installe une tension, qu'elle soit sexuelle ou dramatique, qui vous tient en haleine tout le long de la séance. Pour conclure Sofia Coppola a encore réussi le tour de force qui consiste à parler de personnages qui s'ennuient profondément sans faire un film profondément ennuyeux.

Roméo Bernardini

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents