Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

cinebaudelaire.overblog.com

Blog des élèves de cinéma du lycée Baudelaire de Cran-Gevrier


Kingsman : le cercle d'or

Publié par les élèves du lycée Baudelaire sur 20 Novembre 2017, 23:41pm

                 Kingsman : le cercle d'or est la suite du film d'espionnage-comédie d'action "Kingsman : services secrets", coécrite et réalisée par Matthew Vaughn et sortie en 2017.  

                  Le synopsis est assez basique, il reprend la trame principale du premier volet ( une agence britannique d'espions se battant contre divers méchants ); notamment par le biais du héros principal, Eggsy, un agent peu expérimenté. A première vue, on pourrait penser que ce film est une suite comme toute les autres, pré-faite avec un scénario plat et des personnages fades à l'humour souvent gras. Alors oui, Kingsman : le cercle d'or en fait "trop " : surexposition, contrastes ( on voit beaucoup de scènes avec des lumières fortes côtoyant des zones d'obscurité); scénario improbable; personnages aux capacités et aux ambitions démesurées; scènes d'actions en cascade : mais ce "trop", bien dosé, est peut-être finalement ce qui fait tout le charme de ce deuxième opus. 

                        Les acteurs ( Julianne Moore, Halle Berry, Channing Tatum, Jeff Bridges, Elton John, etc...) sont excellents. En effet, chaque personnage apporte sa petite part au film et fait ainsi sa personnalité riche en humour et en décadence. Le scénario est assez simple : Poppy Adams, trafiquante à la tête du plus gros cartel du monde, souhaite obtenir la légalisation de la drogue afin de pouvoir " ouvir les portes " d'un nouveau marché (et assouvir son besoin de reconnaissance car fatiguée de se cacher au fin fond d'une forêt cambodgienne, méconnue de tous ). Elle va donc chercher à détruire l'agence Kingsman, potentiel obstacle à sa quête de pouvoir et d'argent, afin d'entamer des négociations avec le président des Etats-Unis (personnage narcissique et sans pitié, peut-être reconnaît-on une critique envers le véritable président à la tête des Etats-Unis...?) pour obtenir la légalisation de ses produits - cette partie du scénario amène également à une réflexion assez profonde sur le rôle de la drogue dans notre société, sujet peu abordé en prenant des consommateurs comme protagonistes, un point de vue assez négligé dans le cinéma. Mais, lorsqu'elle envoie une bombe détruire l'agence Kigsman au complet - le scénario surprend à ce moment là car il n'hésite pas à sacrifier de personnages principaux ainsi que secondaires -,  elle ne se doute pas que deux agents, Eggsy et Merlin, ont survécu. Commence alors leur "combat" contre la très motivée (par motivée entendez prête à tout pour atteindre son but, oui, même faire de ses ennemis du steack haché...) Poppy Adams. Pour cela, les protagonistes vont s'allier à leur homologues américains Stastemans, une autre agence.

                  Bref, un scénario riche en surprise, les deux heures vingt passent assez vite malgré quelques longueurs, notamment lors du combat final (on finit par s'ennuyer) ou lorsque l'histoire s'attarde sur un personnage, Harry, avant de reprendre la trame principale... L'humour (quoique parfois un peu "lourd"...) forme un contraste assez détonnant avec des scènes violentes, parfois sanglantes; le tout donne une forme hybride riche en références et en réflexions - au travers de ce monde fictif et surréaliste, on perçoit une critique directe de notre société notamment concernant la consommation de stupéfiants ou bien la responsabilité du gouvernement et son rapport aux "autres"- sans pour être autant indigeste. Autre point négatif, la musique est bien calibrée, sans plus: elle n' apporte pas beaucoup au film et ne marque pas plus que ça.

                 En revanche, la réalisation est tout simplement époustouflante : les effets chevauchent des vrais mouvements de caméra pour donner des scènes d'actions fluides, parfois le rythme s'accélère, parfois il ralentit : le résultat est esthétique, original et surprenant. Dans beaucoup de films similaires, des scènes identiques finiraient par s'essouffler et traîner sur la longueur : dans Le cercle d'or, on est totalement pris dans l'avion, on n'a littéralement pas le temps de s'ennuyer ou de penser à autre chose tellement la réalisation est prenante.

                  Pour conclure, Kingsman : le cercle d'or, est une suite réussie (Une perle rare !), avec un excellent casting, un scénario et des personnages originaux et déjantés, une ambiance et un univers surréaliste, un humour bien placé, mais surtout une réalisation unique que l'on doit à Matthew Vaughn sans quoi le film serait un peu fade.

 

                                                                                                         Vital Faustine 

Kingsman : le cercle d'or
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents