Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

cinebaudelaire.overblog.com

Blog des élèves de cinéma du lycée Baudelaire de Cran-Gevrier


Le Sens de la fête

Publié par les élèves du lycée Baudelaire sur 12 Novembre 2017, 14:09pm

Le Sens de la fête

On le connaissait plus pour sa capacité à faire la tête qu’à faire la fête, mais qu’à cela ne tienne ! Jean-Pierre Bacri crève l’écran dans Le Sens de la fête, la nouvelle comédie dramatique de Nakache et Toledano. Après Intouchables, Nos Jours heureux ou Samba le duo signe un hilarant long-métrage qui se distingue par son épatant casting (Bacri, Lellouche, Vincent…) mais aussi par la qualité de sa mise en scène et par la finesse de son écriture.

Max (Jean-Pierre Bacri) organise des mariages depuis trente ans. Cette fois, il s'occupe des noces de Pierre (Benjamin Lavernhe) et Héléna (Judith Chemla), qui ont choisi pour cadre un beau château du XVIIe siècle. Comme d’habitude, Max a recruté sa brigade de serveurs et cuisiniers, réservé l’orchestre, conseillé un photographe, imaginé la décoration florale… La soirée s’annonce mémorable d’autant que rien ne va se dérouler comme prévu.

Cette situation peut sembler « déjà vue » et annoncer des ressorts comiques trop usés mais il n’en est rien. Nakache et Toledano nous écrivent une histoire où les scènes parfaitement rythmées proposent des dialogues aux petits oignons et des personnages aussi originaux qu’attachants. Que ce soit le magicien amateur, le serveur incapable de parler au patron ou l’ex-prof de français allergique aux erreurs grammaticales, tous ont leur propre gimmick qui les rend uniques. Ils ne sont pas forcément très profonds, et peuvent paraître caricaturaux, pourtant ces seconds rôles retiennent l’attention et certaines de leurs répliques savoureuses vous restent en mémoire. Bacri sans doute n’aurait pas accepté le rôle phare sans dialogues de qualité : les réalisateurs-scénaristes y ont accordé toute leur attention. Les personnages délivrent leurs répliques comme dans une partie de ping-pong où les joueurs se renvoient la balle avec un timing très précis. Il suffit de regarder les premières minutes du film pour en être convaincu : Max discute avec un jeune couple dont il prépare le mariage et qui souhaite réduire les frais de la fête : s’ensuit alors une tirade mémorable et désopilante où Max propose d’enlever les couverts sur les tables, ou de demander aux invités d’amener leur repas dans des Tupperwares…

Nakache et Toledano ont fait fort : Le Sens de la fête mériterait le César du casting s’il existait ! Gilles Lellouche s’approprie le cliché du chanteur ringard qui veut imposer sa playlist, Jean-Paul Rouve joue avec la lourdeur qu’il faut ce boulet de photographe qui pique tous les petits-fours, Vincent Macaigne incarne finement le serveur décalé qui va essayer de draguer la mariée, Benjamin Lavernhe se délecte dans le rôle du riche marié égocentrique au discours vingt fois trop long… Chacun joue sa partition. Quant à Jean-Pierre Bacri, il compose ici le plus beau grognon de toute sa carrière de grognon : un rôle taillé sur mesure, celui de l’organisateur de noces débordé, un poil énervé et qui doit gérer une équipe de « bras-cassés ». Bacri interprète son personnage avec un naturel déconcertant. La justesse de son jeu influe sur tout le film : il le rend plus réaliste, donc plus convaincant et plus drôle.

Mais une bonne comédie tient aussi au travail de réalisation. On s’ennuierait vite si les réalisateurs n’étaient pas parvenus à instaurer un rythme dans leur film. L’utilisation efficace de champs / contre-champs soutient l’effet « balle de ping-pong » des dialogues. Le montage rapide avec des successions de plans courts alternant plans d’ensemble et gros plans crée l’atmosphère confuse et survoltée des préparatifs. Les nombreuses scènes caméra-épaule accentuent le débordement de Max face à la situation. L’intelligent jeu de lumières et de couleurs scinde deux mondes : celui des invités à la noce – éclairés en orange chaud et blanc – et celui des employés – en rouge, bleu…

Au spectateur de s’interroger sur la portée sociale de cette comédie réjouissante et familiale …

Julien Ribiollet 1°S3

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents