Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

cinebaudelaire.overblog.com

Blog des élèves de cinéma du lycée Baudelaire de Cran-Gevrier


Downsizing

Publié par les élèves du lycée Baudelaire sur 27 Janvier 2018, 12:42pm

Downsizing

Downsizing est une comédie qui fonctionne très bien, même en reposant sur de la science-fiction. Réalisé par Alexander Payne, le film est très drôle et soulève quelques questions sur l'avenir de l'humanité. Pour lutter contre la surpopulation, des scientifiques mettent au point un processus permettant de réduire les humains à une taille d’environ 12 cm appelé le "Downsizing". Cette réduction de taille permet des avantages pour la population des "petits" : leur niveau de vie est bien supérieur et la surpopulation semble pouvoir être endiguée. Le film racontera l'histoire de Paul Safranek (Matt Damon), un médecin épuisé par son travail qui décide de subir le Downsizing.

La première partie du film est très bien menée. Le processus de Downsizing est complètement aberrant dans notre monde mais il est expliqué très simplement et le spectateur admet facilement que cela est possible dans l'univers du film. Downsizing est une utopie qui fait rêver, notamment quand on voit Leisure Land (la "ville" des petits) et son côté paradis miniature, un peu comme dans une chambre d'enfant. Tout est propre, les allées, les routes, les maisons sont bien rangées comme dans un dessin animé. Le spectateur se met dans la peau de Paul qui découvre avec émerveillement (dans un premier temps) ce petit paradis. Comme Paul, au début du film, le spectateur ne voit aucune ombre au tableau et rêve d'être à la place de Paul. C'est là où le film soulève quelque chose d'important : les petits ont une vie luxueuse et oisive. Paul a une maison gigantesque pour lui seul alors qu'il n'était pas très riche quand il mesurait une taille normale, il ne travaille pas car son argent accumulé au cours de sa vie suffit à vivre comme un roi le reste de sa vie. Mais ce luxe et cette oisiveté, qui ne fait de mal a priori à personne car n'a pas de répercussions sur la planète, reproduit le schéma de l'humanité : les riches comme Paul vivent très confortablement mais il existe aussi des bidonvilles à Leisure Land : c'est là que Paul fera la connaissance de Ngoc Lan Tran (Hong Chau), une jeune survivante vietnamienne.

C'est pour moi à partir de cette rencontre que le film cesse d'être bien ficelé et part de plus en plus loin. Au fur et à mesure, des éléments importants de l'histoire sont abandonnés sans explications : la femme de Paul (Kristen Wiig) qui refuse de le suivre à Leisure Land est totalement abandonnée par l'intrigue après une scène de barbecue entre voisins, il me semble. Paul n'y fera plus jamais référence et le spectateur se demande bien ce qu'elle est devenue. Encore un axe pour moi important abandonné : la séparation sociale entre les riches et les pauvres au sein même de Leisure Land, qui n'est pas censé exister au début du film. Développer cet axe aurait été très intéressant, en imaginant Paul leader d'un mouvement de manifestations avec Ngoc Lan Tran par exemple. Au lieu de ça, le film nous propose de se concentrer sur une fin du monde qui n'a pour moi aucun intérêt pour le film. On en arrive à oublier le Downsizing ! Le Downsizing est supposé être le remède à la surpopulation, et donc à être mis en avant non ? Dans la deuxième partie du film, aucun contact avec le reste du monde n'est fait. La surpopulation ne paraît plus être d'actualité quand Paul profite des joies du monde des petits et part en Norvège pour "sauver le monde d'une fin imminente". Pour moi, la présence de l'apocalypse n'a aucun sens et n'apporte rien du tout.

Malgré tout, Downsizing reste très sympathique à regarder, même si il m'a quelque peu déçu. L'aspect comique est très bien réalisé, on ne peut pas lui enlever cela. Un bon moment de divertissement.

Noé Bastard

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents