Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

cinebaudelaire.overblog.com

Blog des élèves de cinéma du lycée Baudelaire de Cran-Gevrier


Le Grand Jeu

Publié par les élèves du lycée Baudelaire sur 1 Février 2018, 19:29pm

Catégories : #Drame, #Biopic

Le Grand Jeu

Le grand jeu, un biopic peu original dans sa façon de filmer, déjà vue et revue. A force de sortir toujours les mêmes films qui se ressemblent, sans distinction ni originalité, Hollywood et ceux qui faisaient jadis sa renommée semblent se perdre pour de bon.

Stars hollywoodiennes, millionnaires et grands sportifs accourent autour de parties de poker organisées par l’ambitieuse et jeune Molly Bloom. Le succès est immédiat et vertigineux. Mais tout n’est pas si simple : agents du FBI et mafia russe viendront affaiblir Molly Bloom, qui va devoir faire preuve de persévérance pour tirer son épingle du jeu.

Le long-métrage de deux heures et vingt minutes est signé Aaron Sorkin. Scénariste de The Social Network ou plus récemment de Steve Jobs, l’homme avait peu à peu construit sa notoriété  et s’était fait une place parmi les plus grands. Mais avec Le grand jeu –tout premier film en tant que réalisateur- Sorkin apparait affaiblit à tout niveau.

En effet, la mise en scène est banale, les plans sont très communs, sans audace, froids et ternes : le jeu n’en vaut pas la chandelle. De trop nombreux flashbacks, doubles-conversations et autres démonstrations impromptues rendent l’intrigue plus complexe qu’elle ne l’est déjà. A vouloir sortir le grand jeu, Aaron Sorkin entraîne tout un monde dans un gouffre d’incompréhension.

D’entrée de jeu, on remarque qu’il va falloir s’accrocher : l’introduction et ses plans glissent à la même vitesse que Molly Bloom lors du championnat du monde de ski, choisi comme ouverture du film. Et c’est là que le premier problème fait son entrée : avec ses plans rapides et son montage très (trop !) rythmé, le spectateur se perd dans un déluge de paroles incessantes et de données qui ne veulent bien souvent rien dire. La voix off raconte ce que de beaux et fluides plans silencieux auraient très bien pu nous dévoiler, avec plus de prestance. A trop parler et à vouloir combler le moindre vide, le film ennuie et n’offre pas la beauté du message tant espéré.

Le biopic, qui retrace la vie de la véritable Molly Bloom, s’offre une actrice de choix : Jessica Chastain. Ovationnée dans son rôle de femme d’affaire prête à tout dans Miss Sloane, Chastain livre ici, une fois de plus, une remarquable performance. Désormais reconnue comme une grande actrice, on peine néanmoins à s’attacher au personnage qu’elle incarne… Une vision plus intimiste aurait peut-être permis une plus ample compassion.

Son acolyte, Idris Elba (vu dans Pacific Rim, La Tour Sombre ou encore quelques films Marvel), excelle dans son rôle d’avocat sobre, tandis que Kevin Costner se montre impassible dans son rôle de père intransigeant.

Le monde du poker, de l’argent et du pouvoir fascine depuis toujours de nombreux cinéphiles, et c’est pour cela que le film est intéressant (à défaut d’être original). En plus de dévoiler certains mécanismes et de les vulgariser, Le Grand Jeu ouvre les portes à un monde captivant et permet à tous les amateurs de poker –même ceux qui n’y connaissent rien- de comprendre un peu mieux les enjeux des hautes sphères de pouvoir.

Pour conclure, Le Grand Jeu d’Aaron Sorkin reste trop terne et s’inscrit dans la liste des innombrables films hollywoodiens oubliables. Bon scénariste, certes, mais mauvais réalisateur ; on lui accordera quand même cette erreur de débutant en tant que cinéaste.

Critique réalisée par Armand Paris.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents