Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

cinebaudelaire.overblog.com

Blog des élèves de cinéma du lycée Baudelaire de Cran-Gevrier


La forme de l'eau de Guillermo del Toro

Publié par les élèves du lycée Baudelaire sur 7 Mars 2018, 07:37am

Catégories : #Fantastique

Une beauté à couper le souffle

 

            Le réalisateur mexicain Guillermo del Toro nous présente avec talent son dernier film La forme de l’eau, de son vrai nom The shape of water. Ce film est d’ores et déjà un grand succès grâce au Lion d’Or qu’il a remporté à La mostra de Venise et quatre oscars (meilleur film, décors, réalisateur, musique) qu’il a remporté durant la 90ème cérémonie des Oscars.

            Le scénario fantastique que nous présentent Guillermo del Toro et Vanessa Taylor (scénariste) se déroule aux Etats-Unis pendant la guerre froide lors de la conquête spatiale. Nous suivons la vie d’Elisa, une jeune femme muette et solitaire qui travaille comme femme de ménage dans un laboratoire aérospatial. Sa vie suit son cours jusqu’à ce qu’elle fasse la connaissance d’une mystérieuse et secrète créature d’un des laboratoires qu’elle nettoie. Elle se lie d’affection avec cette créature qu’elle sera la seule à savoir apprivoiser.

             Cette histoire qui parait aux premiers abords banale ne l’est pas tant que ça puisqu’elle est racontée de manière très intéressante par Guillermo del Toro. Il nous apporte également une légère critique sociale sur notre époque, notamment sur l’égalité homme-femme avec Zelda et son mari, mais aussi le harcèlement sexuel avec Strickland ou alors sur la vie des personnes muettes avec l’isolement que subit Elisa. Les personnages sont plutôt intéressants dans l’ensemble et évoluent, puisque certains méchants comme la créature ou le docteur paraissent méchants à première vue et s’avèrent être les grands gentils de l’histoire. Malgré quelques longueurs, ce film allie la comédie, le romantisme et le film d’action à la perfection. Les personnages sont sublimés par les acteurs par lesquels ils sont incarnés, à l’exemple de Sally Hawkins qui joue Elisa avec justesse, arrivant à nous faire ressentir des émotions uniquement par son regard et sa gestuelle, ou encore l’acteur Michael Shannon qui joue avec justesse et virilité le méchant dans le rôle de Strickland. Les images que nous offre ce film sont fabuleuses, la direction photographique est parfaite et les décors somptueux. Le travail de la lumière et des couleurs est remarquables puisque les scènes varient entre les teintes bleu/vert et bordeaux/orange sans oublier une certaine pâleur qui harmonise le tout. L’eau est filmée dans toute sa splendeur, aussi bien par petites gouttes comme dans le bus ou sous la pluie, que par longue étendue comme le bain, le bassin ou dans l’appartement aux scènes d’introduction et de conclusion. Cela constitue un fil conducteur poétique qui ne cesse de nous envouter.

 

              Pour conclure, je dirais que, même si l’histoire de ce film est plutôt classique à première vue, il n’en demeure pas moins d’une esthétique incroyable et envoûtante.

 

                                                                             Maïna Combaz Cappellacci

La forme de l'eau de Guillermo del Toro
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents