Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

cinebaudelaire.overblog.com

Blog des élèves de cinéma du lycée Baudelaire de Cran-Gevrier


Pentagon papers

Publié par les élèves du lycée Baudelaire sur 4 Mars 2018, 21:52pm

Pentagon papers

                 Après Jurassic Park, Indiana Jones ou alors les dents de la mer, Steven Spielberg s’attaque à un évènement historique durant la guerre du Vietnam : le scandale de presse de 1971 avec Pentagon papers.

               Katharine Graham, la patronne du Washington Post et son fidèle rédacteur en chef Ben Bradlee vont ensemble combattre à la fois la maison blanche et leurs rivaux de toujours, le journal New-York Times, pour publier cet énorme document secret défense de 7000 pages obtenu illégalement par un fonctionnaire du nom de Daniel Ellsberg. Celui-ci  mentionne toutes les décisions prises par le gouvernement américain sur la guerre du Vietnam qui a préféré continuer la guerre alors qu’il était en train de perdre la bataille pour avoir une bonne image d’eux. Le Washington Post va-t-il défier le gouvernement en publiant tous ces documents secrets défenses ?

            Meryl Streep, dans le rôle de Graham, joue magnifiquement bien la femme seule et déterminée dans une époque encore contrôlée par les hommes. C’est l’actrice que je préfère dans le film de par sa sagesse et sa complicité avec Tom Hanks qui interprète Ben Bradlee. Tous deux forment un duo magique qui fait avancer l’intrigue tout au long de l’histoire. Même si on connait la fin, Steven Spielberg a tellement bien filmé le suspense au cœur de ce scénario, basé sur des faits réels, qu’on doute parfois  de ce qui va se passer, que ce soit dans les scènes de discussion longue et barbante ou dans les scènes de tension captivantes. Mais il est vrai que le scenario est aussi compliqué que les dialogues  et qu’on ne comprend pas qui fait quoi au début. Si l’on se plonge dans le film grâce au jeu des acteurs, on comprend de plus en plus ce qu'il se passe et, du coup, nous sommes dans le film avec eux en train de vivre l’histoire.

            Les décors du film m’ont fait voyager surtout dans une entreprise de presse. On ressent l’ambiance de travail avec la fumée des cigarettes, les bruits répétitifs  des centaines de machine à écrire ou encore ces énormes machines impressionnantes qui fabriquent le journal et montrent la grandeur du Washington Post.  Des plans magnifiques de Washington ou de New-York très typiques à l’architecture des années 70. Pour se plonger encore plus dans le film, il faut écouter les musiques  de John Williams des années 70 (The Oak Room, 1971/The Presses Roll/Deciding to Publishq ) qui captent toutes nos émotions.

                Ce film est intéressant car il montre la force de la liberté d’expression de la presse face au pouvoir politique impuissant, face à cette foule qui veut savoir et obtenir des réponses sur la guerre du Vietnam. De nombreux articles de presse sur des affaires politiques sont encore d’actualité et alimentent le désir de connaître la vérité et de faire face à des pouvoirs pensant ne pas devoir rendre de compte. Merci à Steven Spielberg  d’avoir mis son talent à l’épreuve pour traiter le sujet : je pense que personne n’aurait fait mieux que lui. Il nous montre que la liberté d’expression est le seul moyen de se faire entendre contre les injustices de ce monde et le seul contre-pouvoir aux « obscurs » pouvoir !

 

                                                                                                                                Hugo Stakic 2nde14

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents