Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

cinebaudelaire.overblog.com

Blog des élèves de cinéma du lycée Baudelaire de Cran-Gevrier


Spider-Man : Into the Spider-Verse

Publié par les élèves du lycée Baudelaire sur 5 Janvier 2019, 10:23am

Spider-Man : Into the Spider-Verse

Enfin un peu de neuf pour un personnage aussi exploité au cinéma que Spider-Man ! Après deux reboots en prise de vue réelle et des films pas toujours excellents, c'est en animation que l'Homme Araignée brille en cette fin d'année ! Spider-Man : Into the Spider-Verse (ou New Generation en VF) exploite avec une grande maîtrise l'univers du Tisseur. Là où les réalisateurs auraient pu se contenter de raconter une énième aventure de Peter Parker, ils innovent et présente au grand public un Spider-Man encore méconnu en dehors des comics : Miles Morales, un adolescent afro-américain et portoricain qui se fait mordre par une araignée radioactive, à l'instar d'un certain Peter Parker. En découvrant ses nouveaux pouvoirs, il doit faire face au Caïd, génie criminel qui crée un portail dimensionnel pouvant communiquer entre plusieurs dimensions parallèles. Miles ne sera pas tout seul car d'autres Spider-Héros venus d'univers alternatifs se retrouvent dans sa dimension par accident.

J'ai vraiment beaucoup aimé le film car il introduit un nouveau Spider-Man crédible, attachant et n'ayant rien à envier au Spider-Man classique. Miles Morales ne m'était pas totalement inconnu (tous comme les autres Spider-Héros), mais je suis content qu'il soit révélé à un public plus large que celui des comics. Il me semble bien que c'est la première fois qu'une version alternative d'un super-héros soit le personnage principal d'un film au cinéma, et cela donne un nouveau souffle aux super-héros. Cela permet de ne pas user jusqu'à l'os l'univers de Peter Parker, déjà très (ou trop) exploité par différents moyens. Le titre "New Generation" vaut donc aussi pour le public : c'est une nouvelle génération grandissant avec Miles Morales qui se crée, après ceux qui comme moi ont grandi avec Peter Parker. C'est carrément Peter Parker qui pose les bases au tout début du film : il résume très rapidement son histoire, avec un ton parfois blasé, et dit clairement qu'il ne sera pas l'objet principal du film.

Le film est une réussite en partie parce qu'il sait se distinguer des Disney ou des Dreamworks : son style graphique très Pop rappelle en permanence les comics des années 70, avec des couleurs très vives, des cases voire des bulles de BD apparaissent même parfois en écrivant les pensées des personnages. L'animation est très belle et colle parfaitement à Spider-Man, avec des éléments parfois très cartoonesques (surtout avec Spider-Cochon, mais c'est sa nature). On s'attache à tous les autres Spider-Héros, même si Spider-Man Noir et Spider-Cochon m'ont paru un peu en retrait par rapport à Spider-Gwen, Peni Parker et le Peter Parker plus vieux. En même temps, difficile de développer beaucoup sur ces personnages dans un film au rythme très rapide. Le seul élément qui m'a paru assez inutile, c'est ce qu'on apprend sur Aaron Davis, l'oncle de Miles (je ne spoilerai pas). Ca ne sert pas à grand chose à Miles, à part apprendre à remettre en question les gens qu'il admire, d'autant qu'on a aucune explication sur les motivations d'Aaron.

Evidemment, le film fait de nombreuses références à des œuvres antérieures sur Spider-Man, dès les premières minutes : On a un hommage à une scène de Spider-Man 3 de Sam Raimi, le générique de la série animée des années 90, et un indéboulonnable caméo du légendaire Stan Lee, co-créateur de Spider-Man. Même le jeu PS4 sorti en Octobre est référencé, ainsi que de nombreux éléments de comics. Côté vilains, on retrouve donc le Caïd, mais également des versions un peu différentes du Bouffon Vert, Docteur Octopus, du Scorpion et du Rôdeur. Les références et les détails sont en général classiques dans les films de super-héros, et Spider-Man n'échappe pas à la règle pour le bonheur des fans de l'Homme Araignée. Pour finir, la bande-son est en accord avec le thème, et on retrouve beaucoup d'éléments musicaux de la culture afro-américaine comme le film est centré sur Miles Morales.

En conclusion, j'encourage à aller voir le film. Bien qu'il soit adapté à un jeune public, certains éléments du scénario pourraient être mal compris par des enfants trop jeunes. De plus, je trouve que New Generation invite à l'ouverture d'esprit : "tout le monde peut porter le masque". N'importe qui peut être Spider-Man, tant que la volonté est bonne. Cette invitation à l'ouverture d'esprit fait du bien quand beaucoup de films pour enfants maintiennent des codes présents depuis longtemps.

Noé Bastard

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents