Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

cinebaudelaire.overblog.com

Blog des élèves de cinéma du lycée Baudelaire de Cran-Gevrier


Mary et la fleur de la sorcière

Publié par les élèves du lycée Baudelaire sur 13 Mars 2019, 22:37pm

Mary et la fleur de la sorcière

Mary et la fleur de la sorcière

 

Hiromasa Yonebayashi est un réalisateur Japonais dessinant au studio Ghibli depuis 1996. Là bas, il réalise en 2010 sont premier film d’animation :Arrietty, le petit monde des chapardeurs. À la fin de l’année 2014, il quitte le studio Ghibli pour participer à la fondation du studio Ponoc de Yoshiaki Nishimura en 2015. Et c’est en 2017 que le premier long métrage du studio sort : Mary et la fleur de la sorcière par Hiromasa Yonebayashi. En France, le film ne sort qu’en 2018. Il est une adaptation du roman merveilleux de Mary Stewart : The little Broomstickparu seulement en France en 1971.

Mary et la fleur de la sorcièrerelate l’aventure de Mary Smith. La jeune fille vient de déménager chez sa tante Charlotte. Elle rencontre le jeune Peter, un garçon de son âge et ses deux chats Tib et Gib. Un soir elle trouve une étrange fleur qui lui procure les pouvoirs d’une grande sorcière. Durant la nuit elle découvrira la plus fabuleuse des écoles de sorcière et s’engagera sans faire exprès dans un combat redoutable contre la directrice et le docteur de l’école. Mary devra sauver son ami Peter, et récupérer la fleur de la sorcière.

 

J’ai trouvé ce dessin animé très poétique dans sa simplicité et dans sont ingénuité. Tout d’abord, par le fait qu’il soit animé en 2D, mais aussi par la qualité du dessin et des mouvements. Le réalisateur ayant dessiné sur plusieurs films du studio Ghibli, notamment sur Le voyage de Chihiro, le dessin reflète la fluidité des animations de Hayao Miyazaki. 

Aussi, j’ai trouvé la colorisation très vivante, le personnage de Mary est esthétiquement dynamique, par ces cheveux ou ses vêtements. Tout comme l’école de sorcière qui, au premier abord, m’a rappelé un parc d’attraction. La directrice aussi est pleine de vie, c’est un personnage aussi caricaturé que le docteur et tout deux conservent leurs couleurs d’insouciance malgré leur position de méchants. 

De plus les décors de Mary et la fleur de la sorcièrerésume les principaux traits du film ; - La simplicité, avec les paysages de campagne et la forêt où habite Mary. On voit ce décor surtout au début du film, la situation initiale de l’histoire est normale, simple, tout comme le scénario qui suis une construction plutôt basique. - La poésie, avec les vols en balai, on y voit une étendue de nuage percée par des îlots de roche et de forêt et portée par la mer. Les apparitions de ces tableaux ponctuent le film, c’est aussi dans les nuages que l’aventure de Mary commence et se termine. D’ailleurs l’aventure se fini sur une touche de philosophie lorsque Mary renonce sans hésiter à la puissante magie de la fleur et la jette dans les airs, celle-ci disparaitra, comme une malédiction rompue. La poésie du film est dans le jugement idéal des enfants, ceux-ci mettent fin, sans s’en soucier, à la plus vieille et à la plus importante source de conflit entre sorciers et sorcières. - Le merveilleux. Dans l’école de sorcellerie et chez l’ancienne maison de la Tante de Mary, les décors relèvent surtout de la magie. Et c’est aussi le trait principal et essentiel du film, les enfants ont vécus cette aventure, il n’est pas sous-entendu que celle-ci était un rêve ou un jeu. 

 

Pour appuyer sur le merveilleux, il représente la plus grande partie du film et est doté de simplicité enfantine. En effet Mary et la fleur de la sorcièreest un dessin animé idéale pour les enfants. 

Premièrement, Mary et Peter sont le centre de l’histoire et celle-ci est comté à travers eux. De plus, comme vu précédemment, le film est tissé des trois grandes qualités des enfants la simplicité ingénue, la poésie dans la justice et la magie, l’aventure. L’univers du film leur va comme un gant, Mary est à une semaine de la rentrée scolaire lorsqu’elle entre dans l’école magique. L’aventure lui donne l’occasion de faire équipe avec les animaux du monde et même de leur parler, ce dont n’importe quel enfant, moi y comprit, rêve de faire. Mais il y a aussi la magie qui appuie beaucoup sur un dynamisme et une fantaisie qui qui font rêver les plus jeunes. Même sur un plan technique, d’animation et de coloration, ce long métrage devrait attirer le jeune public. 

            Deuxièmement car les personnages de Mary et la fleur de la sorcièresemblent être taillés dans ceux que tous, petits et grands, avons adorés. Mary, courageuse pleine de couleurs et de magie, et Peter, admirant sa camarade depuis son vélo. Cela nous rappel forcément deux personnage emblématiques de Kiki la petite sorcièrede Hayao Miyazaki, Tombo sur son vélo et Kiki sur son balai. Si votre enfant aime un des deux films, il aimera surement l’autre, les deux sont fondés sur la relation entre deux enfants, mêlant sorcellerie et sauvetage. En rencontrant Tante Charlotte, j’ai immédiatement pensé à la grand-mère de Arrietty, le petit monde des chapardeurs. Sa posture, son visage, ses intentions, ses couleurs, les deux femmes sortent de l’imaginaire de Hiromasa Yonebayashi. Pour ma part, Mary avec ses couettes, ses couleurs, sa magie, sa mission, m’a renvoyé à une série animée que je regardais étant petite : Il était une fois Gigide Kunihiko Yuyama. Surtout la scène où tout les animaux libérés viennent l’aider à échapper à la directrice. C’est d’ailleurs à cette scène que la magie démoniaque et visqueuse de la directrice m’a rappelé celle de la Sorcière des landes dans Le châteaux ambulantde Hayao Miyazaki. Sans parler de l’école de sorcières, logeant créatures étranges et constructions colossales, qui fait penser à l’univers du film Le Voyage de Chihirodu studio Ghibli.

 

            Pour conclure, Mary et la fleur de la sorcièreest un film fait par des rêveurs pour des rêveurs, petits ou grands. Car même si le film est simple dans son scénario, le visuel et les actions ne poussent jamais trop vers la niaiserie. Ce dessin animé se regarde très facilement et nous rappelle de doux souvenir, pourquoi ne pas revoir Arrietty, après Mary et la fleur de la sorcière ?

 

Asia Pougault Champion TL2

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents