Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

cinebaudelaire.overblog.com

Blog des élèves de cinéma du lycée Baudelaire de Cran-Gevrier


Les Misérables de Ladj Ly

Publié par les élèves du lycée Baudelaire sur 24 Novembre 2019, 19:22pm

Sortie ce mercredi 20 novembre, le film Les Misérables a de quoi concurrencer le géant Disney avec son tant attendu La reine des neiges 2 sortie le même jour. Ce premier long-métrage de fiction vient prolonger le court-métrage Les Misérables du même réalisateur présenté aux Césars en 2017. Après avoir fait grand bruit lors de sa présentation à la 72ème édition du festival de Cannes, il vient raisonner comme une onde de choc sur le cinéma français .

Stéphane, un policier venu de Cherbourg, entre à la brigade anti-criminalité de Montfermeil en Seine-Saint-Denis. L’équipe d’intervention qu’il intègre est composée de deux « bacqueurs » d’expérience connaissant la banlieue comme leurs poches. Lors de sa première journée, Stéphane, peu habitué à ce type de population, découvre les différents groupes et tensions présents dans Montfermeil. Lors d’une intervention musclée avec des jeunes adolescents, l’un de ses coéquipiers blesse l’un des jeunes par un tir de LBD sous le coup de la panique. Outre la grave blessure à la tête causée par cet accident, l’intervention a été entièrement filmée par l’un des jeunes du quartier muni d’un drône.

Le réalisateur Lajd Ly vit lui-même à Montfermeil où il s’est initié seul au 7ème art. D’abord réalisateur de documentaires sur les banlieues, il a également fait du copwatch qui consiste à surveiller la banlieue et filmer les éventuels dérapages et violences de la police. Réalisateur engagé, il fait également partie du collectif Kourtrajmé œuvrant pour la cinéma. Il est à l’initiative de l’école Kourtrajmé basée à Montfermeil où les jeunes générations sont formées gratuitement aux métiers du cinéma. Pour son premier long métrage, Ladj Ly s’est inspiré de faits réels dont il a été témoin. Sa volonté première était de montrer la réalité de la vie en banlieue tout en restant proche de l’humain.

C’est une véritable réussite.

Si le film s’ouvre par une scène populaire de la victoire de la coupe du monde par l’équipe de France qui contraste fortement avec les reste du film. Fortement inspiré de La Haine de Mathieu Kassovitz, Les Misérables nous plonge dans un climat de tensions permanent à l’image du climat des banlieues. Malgré le très petit budget du film, la réalisation parfaitement mtrisée nous embarque durant les 1h40 de film sans nous laisser une seule seconde de répit (flou, mouvement de caméra…) . La gestion du son joue un rôle essentiel dans l’immersion du spectateur qui est transporté et bouleversé par l’histoire se déroulant sous ses yeux.

La véritable force de ce film est sa justesse. Il n’a rien de manichéen et n’accuse aucun des protagonistes de l’histoire. Il se contente de nous retranscrire fidèlement ce qui se passe dans les banlieues loin des nombreux clichés que l’on entend souvent à leurs égards. Le passé du réalisateur et le jeu des acteurs y sont pour beaucoup. En effet, la majorité des acteurs est directement issue de Montfermeil où s’est déroulé le tournage ce qui apporte une véritable authenticité au film.

Le film se conclut par la célèbre phrase de Victor Hugo présente dans son œuvre Les Misérables auquel le titre fait explicitement référence  : « Mes amis, retenez ceci : il n’y a ni mauvaises herbes, ni mauvais hommes, il n’y a que de mauvais cultivateurs ». En clôturant son film ainsi, le réalisateur souhaite tirer la sonnette d’alarme sur l’état critique et la violence qui règnent dans les banlieues. Cela donne une dimension sociale à son film faisant ainsi écho à l’actualité des violences policières comme l’affaire Théo mais également au mouvement des gilets jaunes. Le réalisateur déclarera d’ailleurs : « Nous, ça fait 20 ans qu’on est gilets jaunes, ça fait 20 ans qu’on subit des violences policières ». Il définira d’ailleurs son film comme un «  cri d’alerte ». Il a notamment envoyé à Emmanuel Macron une copie de son film. Suite à cela le Président de la République s’est dit prêt à discuter du cas des banlieues avec le réalisateur.

Ladj Ly a annoncé que ce film n’était que le début d’une trilogie sur les banlieues dont le second opus est déjà en cours d’écriture. L’avenir s’annonce radieux pour ce film qui a atteint les 73 000 entrées et dont les bénéfices seront réinvestis dans l’école Kourtrajemé. De plus, la critique est unanime à son sujet. Le film a reçu le Prix du Jury au festival de Cannes que Ladj Dy a dédié à tous les misérables de France puisque pour lui la misère est l’ennemi commun de tous. Ce film a également été sélectionné pour représenter la France aux Oscars 2019.

 

Maïna Combaz Cappelllacci

Les Misérables de Ladj LyLes Misérables de Ladj LyLes Misérables de Ladj Ly
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents