Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

cinebaudelaire.overblog.com

Blog des élèves de cinéma du lycée Baudelaire de Cran-Gevrier


La vérité

Publié par les élèves du lycée Baudelaire sur 28 Février 2020, 16:59pm

Catégories : #Comédie dramatique, #Comédie française, #Famille

Ou se trouve la vérité dans une famille d’actrices ? Le réalisateur Hirokazu Kore-Eda construit son premier film en France « la vérité » sur cette question. Fabienne (Catherine Deneuve), icone du cinéma publie ses mémoires. Cela incite sa fille Lumir (Juliette Binoche), à revenir avec son mari et sa fille dans sa maison d’enfance. Des vérités cachées, des amours impossibles, de grandes rancunes voient alors le jour. En parallèle, Fabienne joue dans un film la fille âgée d’une mère éternellement jeune. Tou ses éléments poussent mère et fille à se retrouver. Le casting de ce film étant riche (Manon Clavel, Ethan Hawke…) nous avons affaire a un film agréable et très réussi !

Tout d’abord le scénario est construit sur une intrigue psychologique. L’histoire se créer à partir d’anciennes douleurs entre Fabienne et Lumir qui sont restées non dites. Le but du film est donc que les deux femmes se retrouvent. Cela passe par deux biais très intéressants. Premièrement par les personnages eux-mêmes. En effet si Fabienne est mère, Lumir l’est aussi. Quand Lumir revient dans sa maison d’enfance, elle amène avec elle son mari et sa fille avec un objectif secret : montrer son bonheur familial afin de rendre sa mère jalouse. Ainsi Fabienne peut voir dans sa petite fille Charlotte (Clémentine Grenier) la fille qu’elle dont elle n’a pas su s’occuper et Lumir connait le rôle que sa mère aurait dû avoir avec elle. Lumir connait également ce que le rôle de mère change dans le comportement d’une femme. Cela permet de montrer le drame familial tout en jouant sur l’innocence de Charlotte. Deuxièmement les personnages se retrouvent grâce au rôle de Fabienne. L’actrice joue une veille dame dont la mère part dans l’espace et revient tous les sept ans. Ainsi le personnage ne vieillit pas. Le scénario place donc judicieusement Fabienne dans un rôle de maman et dans un rôle de fille. Ce qui nous amène à la construction du film qui insiste sur les différences.

Il y a une alternance entre la vie professionnelle et la vie personnel des deux femmes. Néanmoins dans l’une et l’autre vie, l’intrigue mère/fille est très présente. Le réalisateur joue justement sur les différents comportements et montre que si le milieu influe sur notre manière de se comporter il ne va en rien effacer nos problèmes. Sur le tournage -la vie professionnel donc- on peut remarquer que les lumières utilisées sont plus sombres, le cadre plus restreint. Cela montre que lors de leurs heures de travail, les deux femmes intériorisent plus leurs émotions que lorsqu’elles sont en intimités. Les décors sont aussi plus sombres et restreint dans la vie professionnelle que dans la vie personnelle. En effet on peut remarquer que dans la vie professionnel les décors se résume au studio et à une voiture. Ce sont des lieux plutôt petit et fermés tandis que dans la vie personnelle on a affaire à un restaurant chic, une grande maison… Plus les états mentaux sont sombres plus les cadres se resserre.

Cette alternance est un appuie de jeux considérables pour les acteurs. Ils s’amusent entre eux avec sincérité n’hésitant pas à se lancer les pires vacheries comme des déclarations d’amour. Cela crève l’écran de voir à quel point les acteurs ont créer un esprit d’équipe remarquable !

Pour conclure on peut donc dire que Hirokazu Kore-Eda propose un film plein de ressources humaines entre tragédie et comédie. Il se base sur une alternance entre deux modes de vies, deux personnages. Le film est très réussi, on est bercé par le rythme, on rit… L’œuvre vaut le détours !

 Jade MASSINI 1ère 2 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents