Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

cinebaudelaire.overblog.com

Blog des élèves de cinéma du lycée Baudelaire de Cran-Gevrier


A cœur battant

Publié par les élèves du lycée Baudelaire sur 25 Novembre 2020, 22:08pm

Catégories : #drame, #Drame

A cœur battant, un film qui mêle dégénérescence amoureuse et désir perdu au fur et à mesure d’une histoire tragique.
A cœur battant, est un film réalisé par Keren Ben Rafael en 2019. Ce long-métrage met en scène une rupture amoureuse « forcée » qui se crée petit à petit entre Julie (Judith Chemla) et Yuval (Arieh Worthalter). Ils vont donc s’appeler tous les jours afin de continuer à entretenir leur relation, mais cette fois-ci à distance. Yuval a été retenu en Israël, c’est pourquoi leur rupture a été forcé et va donc passer du temps dans sa maison familiale; avec sa famille, là bas, pendant que Julie va continuer à travailler et à s’occuper de leur bébé dans leur appartement Parisien.

Dans ce long-métrage, Keren Ben Rafael va aborder le sujet des relations à distance, du manque d’affection et du contrôle de soi par rapport à notre conjoint qui se trouve derrière un écran. Dans ce film elle aborde le sujet de la relation à distance et de la complexité de celle-ci en créant une cassure visuelle entre les personnages avec des prises de vu venant simplement de leurs webcams en filmant en champs-contrechamps. Pour moi, ce choix de points de vue a été choisi pour accentuer à nouveau cet esprit de rupture entre les deux personnages; non seulement par la rupture amoureuse qui se crée avec la distance entre eux deux et par la rupture de leurs comportements opposés. Yuval, un homme au tempérament « borné » et très protecteur, se laisse plus ou moins allé dans cette relation en ordonnant certaines choses à Julie, qui elle se retrouve démunie entre le travail, la vie de couple, et la vie de famille avec leur bébé.
Je pense que l’utilisation de cette webcam et la façon dont les plans s’ouvrent à celle ci montre l’importance de l’un face à l’autre. En effet pour Yuval, Julie lui manque énormément et est comme son passe temps. De l'autre côté, pour Julie, les appels de Yuval sont oppressants, elle pose la caméra où elle peut, tout en s’occupant du reste (la cuisine, le bébé, les courses, etc...).
De plus à travers les deux univers distincts de Yuval en Israël et Julie à Paris, on retrouve à nouveau une rupture dans les couleurs qui les entourent derrière leurs webcams. Chez Yuval les couleurs sont ternes pour montrer la « dépression », l’ennui et la solitude qu’il ressent loin de sa femme et son fils. Alors que chez Julie, les couleurs ressortent plus, l’appartement parisien semble vivant, là encore Yuval et Julie s’opposent. C’est comme ci, dans ce film, il y avait deux films qui au final ne peuvent pas se rejoindre comme il était question au début; plus le film avance plus le fossé se fait grand entre chacun des personnages.

Malgré une mise en scène originale à travers les webcams, je n’ai pas beaucoup aimé ce film. J’ai ressenti un sentiment de dégoût envers le personnage de Yuval qui est un homme oppressant, peu soigné et qui se permet des reproches sur comment élever leur bébé à Julie alors que lui n’est pas présent pour l’aider. Il ne va pas non plus se démener pour rentrer le plus vite possible en France et retrouver enfin sa femme et son fils. En revanche le personnage de Julie est attachant car on se raccroche à l’image d’une jeune maman qui se démène pour jumeler travail, corvée, et vie de famille. C’est une femme qui prend énormément sur elle et face à cette forte personnalité, Yuval semble neutre, égoïste, voir même méprisant et non-reconnaissant de tout ce que fait Julie.
Je trouvais intéressant d’analyser ce film même si ce n’est pas celui que j’ai le plus aimé car  la mise en scène m’a vraiment troublé et interpellé. Je n’avais jamais vu de film où tout le long les plans sont filmés simplement par l’apparence d’une webcam et d’appels visio. Pour terminer, je trouvais bien de parler de ce film car celui-ci résonne avec notre situation sanitaire actuelle avec les confinements qui ont mis des distances et des écrans entre la plupart de nos interactions sociales.
Chloé T02

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents