Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

cinebaudelaire.overblog.com

Blog des élèves de cinéma du lycée Baudelaire de Cran-Gevrier


Drunk

Publié par les élèves du lycée Baudelaire sur 28 Mai 2021, 16:15pm

 

     Un défi lancé entre quatre amis basé sur une théorie qui va les emmener tout droit en enfer sous les effets de l’alcool. Histoire mélangeant comédie et tragédie tout en excluant l’esprit moralisateur, Thomas Vinteberg nous plonge dans la vie de ces professeurs qui va radicalement être bouleversée .

Drunk

 

     Producteur de cinéma, scénariste et réalisateur danois, Thomas Vinteberg n’en est pas à son premier film. En effet, Drunk, de son vrai nom Druk sorti en 2020, est ici son 12ème long métrage dont plusieurs ont obtenu un prix comme celui du Jury au Festival de Cannes, avec Festen mais aussi le prix du meilleur réalisateur pour son film La chasse en 2012. Né le 19 mai 1969, il est également auteur de courts métrages et clips, comme par exemple Le garçon qui marchait à reculons ou bien The Day That Never Comes de Metallica. Cependant, il ne se résume pas qu’à la réalisation de films mais aussi à la participation en tant que jury en 2013 pour le 66e festival de Cannes ou encore en 2015 pour le Festival International du film Marrakech.

 

     Pour quatre professeurs, la vie n’est pas celle qu’ils espéraient. Ils se lancent alors dans la théorie d’un psychologue norvégien dans laquelle un Homme peut toujours avec cinq grammes d’alcool dans le sang. Chacun d’entre eux participent au défi, avec une rigueur scientifique, ne voulant qu’une vie meilleure. Malgré un commencement plutôt encourageant, la suite des événements ne va que s’empirer.

     La première scène s’ouvre sur un nombre incalculable de jeunes rassemblés avec comme but de boire le plus de bières possible. Un métro bondé par ces ados qui veulent juste s’amusé, ne prenant pas en compte le policier qui essaie en vain de les arrêter. C’est ici une image du Danemark qui croule sous l’alcoolisme. On se retrouve brutalement avec un écran noir, c’est alors qu’on rencontrent les quatre hommes, Martin (Mads Mikkelsen), Nikolaj (Magnus Millang), Peter (Larse Ranthe) et Tommy (Thomas Bo Larsen), quatre professeurs traversant la quarantaine. Cette phase est notamment plus dure pour Martin, professeur d’histoire. Il s’est pertinemment qu’il n’est pas le mari espéré de sa femme et que ses élèves détestent son enseignement. Ce film est porté sur des comédiens époustouflants, dotés de désespoir mais aussi d’une sympathie évidente. Dès les premières séquences, on perçoit leur caractère: la déchirure mentale de Martin est visible ne serait-ce que par le verre d’eau qu’il boit pendant que ses amis se soûlent. Son superbe jeu d’acteur réussi à transmettre le poids de son existence qui manque de vivacité et la dépression qui le guette. Des scènes extravagantes où un professeur pousse un de ses élèves à consommer de l’alcool pour surmonter son stresse durant une épreuve. Une marque d’humour mais qui confirme l’absence de toutes traces de jugement. On s’aperçoit que les protagonistes vivent dans un monde sans règles où la proviseur n’arrivent même pas à sanctionner les professeurs qui consomment de l’alcool au travail et où les élèves les tutoient. Mais des limites vont être fixés notamment dans les familles et couples qui vont essayer de remettre les choses à leur place  et de retrouver un équilibre bien que bancal.

     Ce film est rythmé par des mouvement de caméra et une mise en scène exceptionnels. Parfois aidés par des musiques qui sont là pour soutenir les ressentis de certaines scènes. La caméra, rarement statique, est tel que l’on s’imagine dans l’action et non en tant que spectateur, une vraie force tout au long de ce long métrage.

 

     A ce stade, Drunk parle du passage difficile à la cinquantaine, de la vision de l’adulte totalement différente de celle que l’on avais imaginé enfant. Mais cette vie peut être soulagée pour l’alcool, qui n’empêche pas de sombrer dans l’addiction. Il prend par à une expérience sociale à travers les personnages qui agiront différemment quand on parlera de renoncer aux plaisirs addictifs. Une toute autre façon de parler du drame de l’alcoolisme.

 

DENIGER Emeline 2nd04

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents