Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

cinebaudelaire.overblog.com

Blog des élèves de cinéma du lycée Baudelaire de Cran-Gevrier


When you finish saving the world

Publié par les élèves du lycée Baudelaire sur 27 Mai 2022, 10:33am

Catégories : #Comédie dramatique

When you finish saving the world de Jesse Eisenberg

 

When you finish saving the world est le premier long métrage du célèbre acteur de The social Network : Jesse Eisenberg. Il est apparu en tant que film d’ouverture de la semaine de la critique au festival de Cannes 2022. Cette comédie dramatique fait l’objet d’une sortie très récente.

 

Ce long métrage évoque une histoire de famille qui semble vouée à l‘échec, notamment au sujet de la relation mère-fils. Nathan le père, Evelyn la mère et Ziggy l’adolescent sont les trois protagonistes de la narration. Le père est assez absent, ou du moins passif en ce qui concerne la famille tandis que la mère, elle, s’oppose à son homme car elle est très réceptive aux remarques de son fils,…L’adolescent Ziggy, qui joue de la musique sur internet, peut être considéré comme l’ado type en crise d’adolescence, pourtant, c’est une vraie et sincère douleur qui se retrouve en lui. Le film retrace le quotidien, ainsi que les tourments de la vie de famille de ces personnages avec les différents liens qu’ils entretiennent.

 

Premièrement, When you finish saving the world propose un scénario qui met en avant la relation mère-fils. On pourrait supposer une inspiration de Xavier Dolan qui, au cœur de ses films, développe sans cesse le rôle d’une mère et le lien qu’elle entretient avec son fils. Dans le film de Jesse Eisenberg, la mère Evelyn et le fils Ziggy sont d’emblée vu comme des personnages contradictoires, le fils épuise la mère avec son comportement parfois déplacé. Ici, le lien entre ces deux personnages est mit en avant car, ce sont les deux protagonistes de l’histoire qui possèdent un lien de sang.Pourtant, entre eux, il n’y a pas forcément une ressemblance dans le caractère. Evelyn est une femme à fleur de peau qui se montre pourtant forte et impassible alors que celle-ci possède de grandes émotions. Tandis que son fils, qui n’a pas confiance en lui, montre une image de lui sur de ses actions et a tendance a être limite égocentrique. Dans leur relation, la mère tente superficiellement de créer une relation avec son fils alors que Ziggy préfère rester dans sa chambre à jouer de la musique sur le net. On peut imaginer que Ziggy chante pour s’affirmer et se faire entendre dans la relation avec Evelyn. En effet, dans plusieurs séquences la voix et la musique du fils résonnent dans la maison et Evelyn, dans ces moments, à l’air interrogatrice. Ziggy passerait donc par la chanson pour tenter de crier et de libérer son mal être qui va faire écho sur sa mère, réactive aux demandes de sa famille.

 

En effet, Evelyn rencontre un jeune homme au sein de son travail, à qui elle porte une certaine attention. Celui-ci se nomme Kyle (il est joué par Billy Brik), c’est un adolescent que Evelyn considère comme « parfait » : il est gentil, attentionné envers sa mère, travailleur, humble,… Evelyn, face au désarroi de son propre fils (Ziggy), va s’attacher à Kyle car il est le fils qu’elle aurait voulu avoir. Comparé à Kyle, Ziggy est plus solitaire, maladroit, rêveur et têtu pourtant il possède une grande âme artistique qu’il mettra en avant par le biais de la musique. La mère jouée par l’actrice Julianne Moore remplace d’une certaine façon son fils par Kyle ; et, elle entretient une relation qui deviendra parfois trop excessive. En effet, celle-ci offrira plus d’attention et d’amour à Kyle qu’à son propre fils.

 

De plus, les deux protagonistes ont tout de même un point commun qui les définit globalement : l’aide. En effet, la mère travaille au sein d’un foyer pour femmes battues (cette situation peut se référer à la série MAID). Dans ce foyer, Evelyn est directrice de l’établissement et se charge d’accueillir les femmes en détresse, la vocation de la mère est d’aider les personnages dans le besoin afin de leur offrir une sécurité fiable. Son fils, Ziggy, lui aide certaines personnes mais d’une façon assez différente. Celui-ci joue de la musique en live sur internet  afin de distraire ou de changer les idées de plusieurs spectateurs. Cela permet aux visionneurs de se détendre en écoutant les compositions de Ziggy. On remarque donc que les deux personnages ont tous deux de grandes valeurs humaines, ils veulent aider des gens.

 

Le personnage de Ziggy est joué par Finn Wolfhard, ce personnage possède un caractère intriguant. Comme Ziggy est adolescent on pourrait supposer que ses colères ou ses ennuis viennent d’une certaine crise d’adolescence. Pourtant, avec l’avancée du film, on peut rendre compte d’un réel mal être intérieur de l’enfant. Tout d’abord, Ziggy a très peu confiance en lui du moins derrière le masque qu’il porte. Celui-ci s’expose comme un garçon fier, sûr de lui et confiant alors que derrière ce masque, il n’est que l’inverse. Comme si Ziggy jouait un rôle quand il est confronté socialement, le personnage du fils est un acteur face à sa propre vie. On peut affirmer que Finn Wolfhard est un très bon acteur car celui-ci est l’acteur d’un personnage qui joue lui même un rôle quotidiennement. C’est fort. Ziggy dans le film essaye de plaire à ses camarades, ceux-ci parlent ensemble de causes politiques qui n’intéressent pas Ziggy, pourtant pour plaire à une fille, le jeune homme fait semblant de s’y intéresser. Il veut paraître « normal » aux yeux des autres sauf que quand on est artiste, la normalité n’existe pas réellement. Ce manque de confiance, on peut supposer qu‘il vient du cadre familiale qui est froid et impartial. On sent grâce à plusieurs expressions du visage que l’adolescent ne semble pas épanoui avec son père et sa mère. Il ne se sent pas aimée de sa mère qui préfère noyer ses remords en créant une relation avec Kyle. De plus, Ziggy répète à plusieurs reprises dans le film qu’il a 20 000 followers sur internet pour montrer une image de lui populaire et aimé. Alors que cette plateforme n’est que virtuelle et que la vie réelle du garçon n’est pas aussi inondée d’amour et d’allégresse. En réalité, le jeune homme se sent particulièrement seul et triste comme nous le prouve une parole d’une de ses chansons qu’il chante sur scène, lors d’un concours de talents : « I’m alone ». Le fils, même avec 20 000 abonnés sur les réseaux sociaux est un personnage qui peine à se faire aimer des autres. On voit ici, une dénonciation des illusions des réseaux sociaux de la part du réalisateur : Jesse Eisenberg. Celle-ci peut faire écho au rôle que Jesse a tenu dans le film qui retrace la création de Facebook : The social network.

 

Le titre du film d’après la traduction veut dire « Quand tu auras fini de sauver le monde », celui-ci offre plusieurs interprétations au long-métrage.

La première, où on peut supposer que c’est un remarque dite par Ziggy à sa mère. Ici, le monde serait considéré comme les femmes battues dont Evelyn s’occupe. Avec cette phrase, le fils ferait comprendre à sa mère que celle-ci fait passer son travail avant son fils. En effet, elle pense d’abord à sauver des femmes qu’elle ne connaît pas personnellement que de sauver son propre fils rempli de mélancolie. De plus, elle se concentre sur Kyle plutôt que sur Ziggy.

La seconde interprétation serait la mère qui dirait cette citation à Ziggy pour lui reprocher d’être sans cesse à jouer de la musique pour les autres. En somme, Evelyn ne prend pas au sérieux la musique de Ziggy pendant plusieurs temps. Donc la phrase pourrait être une certaine ironie car selon la mère, son fils ne peut pas sauver le monde avec sa musique.

 

Pour évoquer l’esthétisme du film c’est plus délicat, car étant donné qu’il y a très peu d’information diffusée je ne sais où s’est déroulé le tournage. Mais, le film met en avant des couleurs assez neutres tournant vers une couleur « crème »avec aussi une omniprésence d’un vert assez sombre. L’univers, les lieux, la ville, les décors peuvent se familiariser avec ceux du réalisateur Gus Van Sant.

Le film est composé de nombreuses techniques de plans : l’utilisation du plan d’ensemble qui laisse percevoir les divers décors et lieux qui illustrent parfaitement la narration ,mais aussi, avec l’utilisation des gros plans visages qui permettent de mettre en avant les excellents jeux d’acteurs qui laissent paraître de nombreuses émotions.

L’esthétisme du film offre tout de même une atmosphère maussade et pesante qui complète parfaitement le scénario désenchanté.

La bande originale du film est à noter car celle-ci est composée de musiques jouées par Finn Wolfhard qui est en plus d’être un acteur, un réel musicien. Cette bande son permet de montrer l’importance de la pratique artistique chez les jeunes, comme pour Finn qui reste, malgré ses nombreuses expériences, un jeune artiste de 19ans.

 

 

When you finish saving the world est un film qui m’a beaucoup touchée, visionné pendant notre séjour au festival de Cannes il était normal pour moi de le mettre en avant. Ce sont surtout les personnages et les liens complexes qui m’ont inspirées, à vrai dire j’étais tellement attentive aux personnages que je n’ai pas forcément fait attention à l’esthétisme ; de plus, je n’ai trouvé aucun extrait du film pour pouvoir me replonger dans l’univers de l’œuvre. Mais c’est tout de même, pour moi, un film d’une grande sensibilité qui ne fait que renforcer les capacités artistiques de Jesse Eisenberg.

 

Merci Cannes pour cette belle découverte.

 

Thelma LE ROUX T4

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents