Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

cinebaudelaire.overblog.com

Blog des élèves de cinéma du lycée Baudelaire de Cran-Gevrier


Syngué Sabour: "Pierre de Patience"

Publié le 9 Mars 2013, 20:01pm

Ce film raconte l'histoire d'une jeune femme vivant dans un pays en guerre, l'Afghanistan. Son mari, héros de guerre auquel elle a été contrainte de se marier à 17 ans, est plongé dans le coma. Elle doit donc s'occuper de lui tout en faisant face aux roquettes qui s'abattent sur son quartier, et en protégeant ses deux filles, qu'elle confie à sa tante qui travaille dans une maison close. Durant les moments où elle se retrouve seule avec son mari, celui-ci devient sa pierre de patience: la pierre magique à laquelle on confie tous ses secrets, jusqu'à ce qu'elle éclate, afin qu'elle nous en libère. Un beau jour elle est surprise chez elle par deux soldats armés. Pour échapper au viol, elle se fait passer pour une prostituée, mais l'un des deux hommes, timide et bègue, revient et abuse d'elle. Il revient dans les jours suivants, et la jeune femme finit par entretenir de son plein gré une relation avec lui. Tout au long du film, on suit donc sa vie présente, ainsi que son passé qu'elle dévoile petit à petit à son mari.

Le démarrage du film est un peu lent, mais c'est bien le seul reproche que je peux faire à ce film. L'actrice principale, Goldshifteh Farahani, incarne à la perfection cette femme prisonnière de sa condition qui essaie de s'en libérer par la parole. On note également un travail sur les couleurs: à plusieurs reprises alors qu'elle marche dans la rue, sa burqa verte flotte autour d'elle, et la démarque de l'environnement morne et gris qui l'entoure. De façon plus générale elle porte souvent les seules couleurs vives présentes à l'écran.

Passées les quinze premières minutes, tout se met en place. L'angoisse du présent et des bombes qui peuvent tomber à tout moment se mêle aux récits des souvenirs de la jeune femme (dont on ne connaîtra jamais le nom), et à des flashback de son enfance et de son adolescence. Le réalisateur, Atiq Rahimi, nous offre un portrait bouleversant du quotidien de cette femme.

Trois thèmes sont essentiellement abordés: la fidélité (ou pas), la guerre et la condition de la femme en Orient. Malgré la gravité des sujets, le film ne tombe jamais dans des facilités qui l'auraient rendu beaucoup moins intéressant et poignant. La jeune femme n'est jamais totalement représentée comme une victime sans défense et impuissante, elle se bat dans la mesure du possible et n'est pas totalement innocente: elle est humaine en somme. On ne s'attarde pas non plus sur les images de cadavres jonchant les rues. Une seule scène nous montre vraiment des corps, ce qui la rend d'autant plus marquante.

En bref, ce film dénonce ce qui doit être dénoncer mais va plus loin en ne présentant pas son héroïne comme un martyr, mais comme une personne qui a aussi des failles.

Un film qui fait réfléchir. A voir!

Doriane Berantelli

Syngué Sabour: "Pierre de Patience"
Syngué Sabour: "Pierre de Patience"
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents